Vu, lu, entendu... Afrique

07/06/2012

Insupportables safaris humains...




Insupportables safaris humains...
L'ONG Survival International s'attaque aux safaris humains. Des touristes, en d'autres termes, sont acheminés chez des peuples indigènes qu'ils regardent comme des bêtes curieuses, sans respect pour leurs modes de vie. 

L'ONG appelle ainsi les touristes à boycotter la grande route principale des îles Andaman, en Inde, une route d'ailleurs illégale : la Cour suprême indienne a ordonné sa fermeture en 2002. Cette présence de touristes, explique Survival international  est « extrêmement dangereuse pour la tribu des Jarawa  », qui ne compte que 365 membres. « Les chasseurs-cueilleurs jarawa ne sont en contact pacifique avec le monde extérieur que depuis 1998 et par conséquent les touristes risquent de leur transmettre des maladies contre lesquelles ils n’ont qu’une très faible immunité. Une épidémie pourrait emporter la tribu entière. »
 






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono