Vu, lu, entendu... Afrique

25/01/2013

Le Mali et nous



Le Mali et nous
Par la voix de Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS, Le Monde du 23 janvier nous offre une analyse lumineuse - ou un réquisitoire impitoyable - de la responsabilité occidentale et particulièrement française, dans la situation au Mali ayant mené à la crise actuelle.
 
« La France a une part de responsabilité directe dans l'effondrement de l'Etat malien. Elle a soutenu, dès les années 1980, des programmes d'ajustement structurel d'inspiration néo-libérale qui ont détruit l'école et la santé publiques, ouvrant une voie royale aux institutions islamiques de substitution.

Elle a endossé la libéralisation de la filière coton, voulue par la Banque mondiale, qui a accéléré l'exode rural et l'émigration, tout en bloquant cette dernière, alors même que les remises des expatriés sont plus élevées que l'aide publique au développement (...) 

Nicolas Sarkozy a également contribué à l'affaiblissemenbt de l'autorité du président Amadou Toumani Touré en exigeant de lui la signature d'un accord de réadmission des migrants clandestins, politiquement inacceptable aux yeux de son opinion publique, et en guerroyant sur le territoire malien de pair avec l'armée mauritanienne à partir de 2010, sans même toujours l'en avertir.

Cette militarisation de la question du nord-Mali a conféré à Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), érigé en ennemi principal de la France à l'extrémité d'un "arc de crise" supposé s'étendre du Pakistan à la Mauritanie, des lettres de noblesse anti-impérialistes qui ont facilité son recrutement de combattants. Elle a aussi gonflé le flot des déplacés et des réfugiés en aggravant la pauvreté des populations sahariennes (...)

Le coup de grâce est venu en 2011: la guerre de Libye a conduit les Touareg maliens enrôlés dans les rangs du colonel Kadhafi à rentrer au pays avec plus d'armes que de bagages. On connaît la suite : la proclamation de l('indépendance de l'Azawad une fois que fut consommée la déroute de l'armée maalienne (...) et l'OPA hostile des djihadistes sur le nord du Mali. En outre, la guerre de Libye a désorgaanisé les intérêts économiques des réseaux d'affaires du colonel Kadhafi dont les investissements conséquents contribuaient à la stabilisation du Sahel (...)

Enfin, la prohibition des narcotiques et l'endiguement coercitif de l'émigration que mettent en oeuvre les autorités françaises, en dépit de l'inanité de ces politiques publiques, procurent aux trafiquants deux formidables rentes de situation et risquent fort d'avoir les mêmes effets au Sahel qu'en Amérique centrale (...) La France, les pays occidentaux se sont trompés sur le Sahel depuis trente ans et récoltent ce qu'ils sont semé. »









Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires