Vu, lu, entendu... Afrique

30/01/2014

Deux jeunes Africains inventent un savon contre le palu




L'Afrique loin des clichés…  Étudiants de l’Institut international d’ingénierie de l’eau et l’environnement (2iE) à Ouagadougoule Burkinabé Moctar Dembélé, et le Burundais, Gérard Niyondiko ont inventé un savon de protection contre le paludisme, qui leur a valu de remporter le concours Global Social Venture Competition, qui récompense des projets d’entreprise innovants et sociaux de grandes écoles dans le monde. C'est une première pour des jeunes non Américains.  

Les 25 000 dollars du prix 
devraient leur permettre de lancer leur entreprise, Faso Soap. La composition du savon, qui intègre karIté, citronnelle et autres herbes, est tenue secrète. Si elle se trouve confirmée, cette invention peu coûteuse pour l'usager peut constituer un progrès prodigieux dans la lutte contre le paludisme qui tue près d'un million de personnes dans le monde chaque année, majoritairement en Afrique.

À lire sur Youphil




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono