Vu, lu, entendu... Afrique

Pétition : 37 villages sénégalais privés de leurs terres


13/03/2014



Peuples Solidaires appelle à signer une pétition contre le scandale de l'accaparement des terres qui se déroule dans la région de Fanaye :  plus de 26 000 hectares de terres protégées détournées vers la production d'agrocarburants pour l'Europe
 
L'affaire a commencé en 2010 et a donné lieu à un drame le 26 octobre 2011 : deux paysans tués et des dizaines d’autres blessés lors d’une manifestation. Le Président de l’époque, Abdoulaye Wade, suspend alors le projet… mais le ré-autorise en mars 2012. Sitôt élu, son successeur, Macky Sall, l'annule à son tour… puis, à son tour, le ré-autorise. Le lobbying doit être intense.

Le projet est mis en œuvre par l’entreprise Senhuile SA, un consortium détenu à 51 % par Tampieri Financial Group, basé en Italie et à 49 % par Sénéthanol SA, basée à Dakar. 9 000 personnes de 37 villages sont touchées. Elles vivent en grande partie de l’élevage semi-nomade. L'opération les privent d’un accès à leurs pâturages, aux sources de nourriture, d’eau et de bois de chauffage, ce qui oblige notamment les femmes à parcourir de très longues distances pour y accéder...
 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​2018, la révolte

2018 s'achève et il en restera surtout, non pas la victoire de footballeurs millionnaires, mais la révolte des invisibles qui, soudain, n'ont plus supporté de courber l'échine devant les inégalités brutales économiques et sociales imposée par le pouvoir absolu de l'argent. Il y a cinquante ans, la révolte ouvrière et étudiante contre une société archaïque inaugurait quinze années de transformations profondes, notamment la libération des femmes. Après les “évènements de 68”, les “évènements de 2018” ? La révolte des Gilets Jaunes, largement soutenue par l'opinion, peut-elle annoncer un nouveau moment historique où la réduction des inégalités et la défense de la planète, devenues clairement indispensables et indissociables, seraient devenues priorités politiques ? C'est possible mais il faudra cette fois dominer les démons qui se sont réveillés, ceux de la droite extrême qui rêve, dans tout l'Occident en crise, de ramasser la mise...

Michel Rouger

13/12/2018

Nono