Vie du site

Qui sommes-nous ?


15/07/2010

... Un groupe de journalistes professionnels et amateurs, réunis à l'initiative d'un ancien grand reporter, qui voulons parler du monde d’aujourd’hui à partir d'histoires humaines, individuelles ou collectives, significatives.




En d’autres termes, il s’agit d’aborder les grandes questions qui agitent le travailleur, le consommateur, le parent, l'artiste...   bref le citoyen que nous sommes, à travers ceux qui ne se contentent pas de subir les événements mais les affrontent.

Partout, près de nous ou à l’autre bout du monde, vivent des gens ordinaires surprenants, à des degrés divers, d’énergie, de créativité, de solidarité, de convictions, de passion pour l’intérêt général, en un mot d'humanité. Ces personnes ou ces groupes, nous voulons les rencontrer ; les faire parler de leurs initiatives, de leurs luttes, de leurs bonheurs, et leur permettre de partager tout cela.

Attachés à l'indépendance du site et attentifs aux exigences journalistiques, nous tenons aussi à ce que le maximum de lecteurs participent à la fois au contenu et au développement d' histoiresordinaires.fr. En d'autres termes, ce site ne peut exister qu'avec vous !
 

Cinq ans déjà...


Une Interview enregistrée à l'été 2013 par l'équipe d' "On passe à l'acte "



Un reportage, en 2011, sur une réunion de la rédaction






1.Posté par brigitte trubert le 25/09/2014 23:46
Belle présentation vidéo, dynamique, vivante et donnant envie d'en savoir plus. Je veux dire celle avec le groupe.
Celle de dailymotion avec les bandeaux pub me passionne nettement moins...

Bravo pour ces reportages où on découvre un autre monde

bt



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Naufrage

Depuis une dizaine de jours maintenant, l'équipage de La Macronie souque ferme. Appelé en Méditerrannée pour secourir les 629 migrants de l'Aquarius chassés par les forbans parvenus à la barre de l'Italie, il s'est égaré en route. L'un des principaux officiers, le Breton Jean-Yves Le Drian, a cru voir l'Espagne "plus proche" que la France pour accueillir les malheureux, se trompant de quelque 180 milles nautiques (340 km). Du coup, ce sont les Espagnols, montrant l'exemple avec un bel ensemble à toute l'Europe, qui ont assuré le sauvetage. Depuis, l'équipage français rame pour ramener quand même une partie des migrants en France. Les socialistes bretons, eux, sont affligés. Leur chef historique agrégé d'histoire a perdu sa géographie, son histoire son socialisme et son ciré jaune. Ils se préparent à aller déposer des ex-voto dans leurs chapelles : "A notre capitaine qui nous a quittés sans retour en embarquant sur La Macronie."

Michel Rouger

21/06/2018

Nono