Vu, lu, entendu... Afrique

À voir, le film « Kinshasa Kids »


22/07/2013



Sorti en avril 2013 et récompensé par de nombreux prix, le film Kinshasa Kids du réalisateur belge Marc-Henri Wajnberg, raconte la vie d’un groupe d’enfants des rues, choisis parmi les quelque 30.000 enfants rejetés par leur famille qui vivent dans Kinshasa. Le film montre de l'intérieur leur combat pour vivre, pour être considérés comme des enfants normaux, eux qui ont été jetés à la rue parce que considérés comme sorciers. Grâce à Bebson, un musicien déjanté, ils vont monter un groupe de rap pour conjurer leur sort et reprendre le contrôle de leur vie.

Sur la vie et le problème des Chegués, voir aussi  wikipedia et un reportage sur afrik.com  racontant l'histoire d'Esther, 13 ans, ainsi que l'emprise des évangélistes.

                                         
                                         
                                                Dans la revue XXI, un reportage en BD


Dans son numéro 17 (hiver 2012) la revue XXI a publié un récit graphique sur les enfants des rues de Kinshasa signé de l'auteur de BD Hippolyte.

À voir, le film « Kinshasa Kids »






Dans la même rubrique :
< >


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​A la noix

Le camembert vegan à base de noix de cajou débarque sur nos tables, annonce mon journal. Dit comme ça, à la louche, ce camembert est plus que louche. Une faute. De goût. Pire : contre l'esprit. Ce n'est pas une nouvelle mode, comme la poule qui passera bientôt au salon plutôt qu'à la casserole. C'est une tendance lourde. La tendance du faux. Le business de l'agro-chimie s'avance masqué. Il fait croire qu'une pâte de produit exotique HEC (à haute empreinte carbone) est meilleure pour la planète  qu'un fromage AOC en circuit court. Il fabricote, en touillant des molécules, du faux steak saignant, des faux œufs, des fausses langoustines. Et pirate, en transformant les cerveaux en pâte molle, notre patrimoine culturel immatériel. Le pays aux 1 200 fromages doit résister. Continuer à têter sereinement le lait bio de notre vache à la mamelle généreuse qui broute et rumine paisiblement sur nos vertes prairies. La vache, le plus vegan de nos amis les animaux. 

Michel Rouger

08/02/2018

Nono