Vu, lu, entendu... Afrique

22/07/2013

À voir, le film « Kinshasa Kids »




Sorti en avril 2013 et récompensé par de nombreux prix, le film Kinshasa Kids du réalisateur belge Marc-Henri Wajnberg, raconte la vie d’un groupe d’enfants des rues, choisis parmi les quelque 30.000 enfants rejetés par leur famille qui vivent dans Kinshasa. Le film montre de l'intérieur leur combat pour vivre, pour être considérés comme des enfants normaux, eux qui ont été jetés à la rue parce que considérés comme sorciers. Grâce à Bebson, un musicien déjanté, ils vont monter un groupe de rap pour conjurer leur sort et reprendre le contrôle de leur vie.

Sur la vie et le problème des Chegués, voir aussi  wikipedia et un reportage sur afrik.com  racontant l'histoire d'Esther, 13 ans, ainsi que l'emprise des évangélistes.

                                         
                                         
                                                Dans la revue XXI, un reportage en BD


Dans son numéro 17 (hiver 2012) la revue XXI a publié un récit graphique sur les enfants des rues de Kinshasa signé de l'auteur de BD Hippolyte.

À voir, le film « Kinshasa Kids »






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono