Vu, lu, entendu... Afrique

Exposition : Photographies soudanaises


15/10/2012



Mnaima Adjak, tribu Shenabla, nomade, Kordofan Nord/août 2001
Mnaima Adjak, tribu Shenabla, nomade, Kordofan Nord/août 2001
Le Soudan, cinq fois et demi la France, le plus grand pays d'Afrique jusqu'à sa partition en 2011, ne s'immisce habituellement (et rarement) dans les médias français qu'avec des images de violence et de guerre. Depuis une quinzaine s'années, le photographe Claude Iverné s'est pris d'amitié pour ce pays aux peuples et aux cultures multiples. Il en photographie les habitants majoritairement hors de toute situation de crise, au jour le jour, dans leur environnement quotidien.

« Dans l'ensemble des travaux sur l'Afrique en général, et pour le Soudan en particulier, il y a un mélange d'exotisme et de compassion involontairement raciste. On photographie les gens comme des curiosités, un peu comme si on les présentait à l'Exposition universelle de Paris en 1900. Pas pour ce qu'ils sont, mais pour les rendre +consommables°, identifiables », accuse Claude Iverné dans une interview au journal Le Monde.

Claude Iverné, Photographies soudanaises, (1998-2012) jusqu'au 7 novembre, à la Maison des Métallos, 94 rue Jean-Pierre Timbaud, Paris 11ème

Premier vote féminin/Nyala/Darfour Sud 1964 © Mohamed Abdarassul/Elnour
Premier vote féminin/Nyala/Darfour Sud 1964 © Mohamed Abdarassul/Elnour

Le Soudan vu par les Soudanais

L'exposition évoque aussi l'action de l'organisation Elnour fondée par Claude Iverné. Celui-ci, au cours de ses séjours au Soudan, a rencontré des photographes pour la plupart en retraite et il a alors découvert une « production d’une qualité rare ». Une production hélas menacée : conditions de stockage, censure, contrôle de l’État...

À partir de 2000, Claude Iverné a entrepris le sauvetage méthodique de milliers de tirages et négatifs puis fondé l'organisation Elnour pour poursuivre cette tâche titanesque : nettoyer, scanner, numéroter, légender, ordonner, archiver chaque image, mais aussi de les situer dans le temps, interviewer les photographes, retracer leur parcours, etc. Les archives sont aujourd’hui rassemblées et organisées dans un bureau de documentation, qui gère déjà vingt mille clichés.





Dans la même rubrique :
< >


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​A la noix

Le camembert vegan à base de noix de cajou débarque sur nos tables, annonce mon journal. Dit comme ça, à la louche, ce camembert est plus que louche. Une faute. De goût. Pire : contre l'esprit. Ce n'est pas une nouvelle mode, comme la poule qui passera bientôt au salon plutôt qu'à la casserole. C'est une tendance lourde. La tendance du faux. Le business de l'agro-chimie s'avance masqué. Il fait croire qu'une pâte de produit exotique HEC (à haute empreinte carbone) est meilleure pour la planète  qu'un fromage AOC en circuit court. Il fabricote, en touillant des molécules, du faux steak saignant, des faux œufs, des fausses langoustines. Et pirate, en transformant les cerveaux en pâte molle, notre patrimoine culturel immatériel. Le pays aux 1 200 fromages doit résister. Continuer à têter sereinement le lait bio de notre vache à la mamelle généreuse qui broute et rumine paisiblement sur nos vertes prairies. La vache, le plus vegan de nos amis les animaux. 

Michel Rouger

08/02/2018

Nono