Vu, lu, entendu... Afrique

25/09/2012

L'Afrique mutilée d'Aminata Traoré



L'Afrique mutilée d'Aminata Traoré
« Aujourd’hui nous ne pensons et n’agissons que par un occident dépaysé, envahi par ses propres maux » Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali, en est certaine :  les difficultés auxquelles sont confrontés les pays occidentaux doivent obliger l'Afrique à penser son propre modèle de développement car « ces pays n'ont pas d'autres choix que de vivre de la misère et de la souffrance des Africains ». Elle l'écrit haut et fort dans son dernier livre "L'Afrique mutilée"

« L’Afrique humiliée est d’abord une Afrique mutilée pour ses immenses ressources naturelles dont l’économie mondiale a cruellement besoin. Les politiques de pillage de nos économies avec la complicité de dirigeants « démocratiquement » élus mais corrompus, ainsi que les réformes structurelles non concertées et non conformes aux besoins vitaux des populations sont mutilantes », a-t-elle expliqué lors de la conférence organisée pour le lancement de son livre par le Forum pour un autre Mali (FORAM) et le Centre Amadou Hampâté BA (CAHBA) le 13 septembre dernier au Palais de la Culture de Bamako.

" L’Afrique mutilée ", c'est aussi l'espoir de compter sur les femmes, forces silencieuses qui doivent assurer la transition entre la tradition et la modernité et prendre leurs responsabilités. « Intellectuellement et moralement outillées, nous, femmes du Mali, avons une nouvelle page de l’histoire de notre pays à écrire, ensemble, avec nos hommes, à condition de ne plus nous tromper de modèle de développement et de système politique »

Lire aussi l'article de Kassim Traoré dans Mali Actualités





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Violence d’État

Réalisant sans coup férir le vœu du Président de rendre le pays « plus humain » en 2020, trois policiers ont interpellé le 3 janvier à Paris un coursier à scooter, Cédric Chouviat, 42 ans, père de 5 enfants, et l’ont asphyxié par un plaquage ventral complété par une fracture du larynx. Mourir lors d’un contrôle routier… Les années se suivent et se ressemblent. L’année 2019 avait commencé par le coma, le 12 janvier, à Bordeaux, du Gilet Jaune Olivier Beziade, touché en pleine tête par un tir de LBD40, qui a inauguré une année répressive jamais vue dans un mouvement social. Le 21 juillet, à Nantes, les lacrymogènes des CRS ont aussi poussé Steve, 24 ans, dans la Loire. Mourir lors d’une Fête de la musique... La violence d’État ne désarme plus. Car le coupable, bien sûr, est moins le policier frappeur que les autorités qui l’arment, le couvrent, lancent leurs forces au premier attroupement, fût-il festif, pour impressionner, intimider. Quand le libéralisme autoritaire fait du citoyen ordinaire un adversaire... 

Michel Rouger
  

09/01/2020

Nono












Partenaires