Vu, lu, entendu... Afrique

03/06/2015

Francophonie: aidons les jeunes lecteurs du Congo



Francophonie: aidons les jeunes lecteurs du Congo
Une belle opération de solidarité culturelle est menacée. Il y a toute juste 10 ans, pour aider à rouvrir une bibliothèque publique de Brazzaville, 6 000 livres étaient acheminés dans la capitale congolaise par une association rennaise, le MIDAF (Mouvement International pour le Développement de l'Afrique Francophone). Fabriquant des étagères, classant les 6000 livres, les militants du MIDAF permettaient à la bibliothèque de la MJC Ouenzé de rouvrir. 

Ils n'en restaient pas là. L'année d'après, en 2006, avec l'association sœur, MIDAF Congo, ils créaient des Clubs de lecture dans les lycées publics de Brazzaville avant de lancer tous les 2 ans, un stage/festival de plusieurs jours, les "Rencontres du Livre Vivant" (RELIV).

La 4° édition de ces Rencontres est prévue cette année du 14 au 17 juillet. Mais aura-t-elle lieu ? Les financements sont insuffisants pour les transports, les hébergements, la réalisation de trois livres, etc. Il faut trouver rapidement 5 000 euros. D'où l'appel aux dons lancé sur la plate-forme Ulule.Que vivent les Reliv ! Il faut réagir rapidement, d'ici le 22 juin.
 









Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires