Vu, lu, entendu... Afrique

03/06/2015

Francophonie: aidons les jeunes lecteurs du Congo




Francophonie: aidons les jeunes lecteurs du Congo
Une belle opération de solidarité culturelle est menacée. Il y a toute juste 10 ans, pour aider à rouvrir une bibliothèque publique de Brazzaville, 6 000 livres étaient acheminés dans la capitale congolaise par une association rennaise, le MIDAF (Mouvement International pour le Développement de l'Afrique Francophone). Fabriquant des étagères, classant les 6000 livres, les militants du MIDAF permettaient à la bibliothèque de la MJC Ouenzé de rouvrir. 

Ils n'en restaient pas là. L'année d'après, en 2006, avec l'association sœur, MIDAF Congo, ils créaient des Clubs de lecture dans les lycées publics de Brazzaville avant de lancer tous les 2 ans, un stage/festival de plusieurs jours, les "Rencontres du Livre Vivant" (RELIV).

La 4° édition de ces Rencontres est prévue cette année du 14 au 17 juillet. Mais aura-t-elle lieu ? Les financements sont insuffisants pour les transports, les hébergements, la réalisation de trois livres, etc. Il faut trouver rapidement 5 000 euros. D'où l'appel aux dons lancé sur la plate-forme Ulule.Que vivent les Reliv ! Il faut réagir rapidement, d'ici le 22 juin.
 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Marché colonial

Toi, viens, toi dehors... Sur les bords de la Méditerranée, une nouvelle place du marché est née. Des femmes et des hommes épuisés par un horrible voyage attendent. Des fonctionnaires français passent, s'arrêtent, choisissent : ils font leur marché selon les besoins en main d'œuvre décrétés par le gouvernement. Jadis la France est allée coloniser et spolier l'Afrique. Puis les Total, Bolloré et consorts ont continué à piller ses ressources en soutenant des dirigeants corrompus. Aujourd'hui, en renouant avec les « quotas » des années 30, l'ancienne puissance coloniale pille ouvertement le savoir-faire des pays africains, ce qui va les enfoncer un peu plus. Après les ingénieurs et médecins par milliers, les ouvriers qualifiés. Mais il y a là du matériel électoral pas cher et payant. Créer ces quotas suggère que les immigrés nous envahissent. Durcir l'aide médicale insinue qu'ils abusent. C'est faux, ignoble, mais ça éclipse les retraites, urgences ou assurance chômage. Et en faisant de nouveau du Sarkozy, qui prônait les quotas en 2008, Macron met la droite au supplice : « Nous aussi, on nous pille ! » C'est ça le pire.

Michel Rouger

08/11/2019

Nono












Partenaires