02/10/2014

Bas salaires : l'Ethiopie attire les multinationales



Bas salaires : l'Ethiopie attire les multinationales
Des firmes chinoises, turques et indiennes, des sociétés occidentales comme le géant du prêt-à-porter suédois H&M ou Unilever… Les multinationales du monde entier s'intéressent de plus en plus aujourd'hui à l'Éthiopie attirées bien sûr par les bas salaires : le salaire ouvrier mensuel tourne autour de 27 dollars soit un peu plus de 21 euros.  La firme britannique Pittards, qui fabrique des articles de cuir, travaille, elle, en Éthiopie depuis environ un siècle et poursuit son développement. Un reportage à lire sur Equal Times, le portail de la Confédération syndicale internationale.








Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires