Vu, lu, entendu... Afrique

«Exciser c’est pas bon … »


21/01/2011

Combattre l'excision par la chanson, la danse et dans l'ambiance d'un défilé Miss Africa: tel était le défi, l'autre soir, de la danseuse Martha Diomandé.




«Exciser c'est pas bon,  exciser... ...» C’est sur le rythme de cette chanson du groupe Bafing Kul que les Miss Africa s'apprêtent défiler toute la soirée ce samedi 14 janvier au Liberté, à Rennes.

Martha et Estelle,  en maîtresses de cérémonie, donnent le ton : le verbe est aussi coloré que les costumes. On en redemande quand Martha lance «Ma copine», interpellant Estelle parce qu’elle a oublié l’annonce d’un sponsor, l’organisation de la soirée et surtout le timing à tenir!

Quelle joie de vivre… Elles sont drôles, légères, spontanées, donnent envie de danser. C’est qu’il faut être fière de soi quand on veut se faire entendre, surtout quand il s’agit de défendre le respect de son corps, de dire : «NON  à la mutilation, NON à l’excision».

Des femmes d'aujourd'hui

Martha ne voulait pas un défilé de « poupées barbies ». C’est clair, toutes ces jeunes femmes, belles, féminines, fières de ce qu’elles sont, ne sont pas là par hasard. Chacune, fière de représenter son pays et ses traditions, fière de représenter sa famille, trouve aussi les mots pour dire «Arrêtez la barbarie, arrêtez l’excision!»

Pour le défilé de clôture, chaque Miss se présente en costume traditionnel, avec une touche de modernité comme le souhaite Sonia, spécialiste dans l’évènement mariages mixtes. Elle est précédée d’une « petite sœur » qui apporte le texte qu’elle a préparé et qu’elle va lire au public.

Dans ce texte, chacune dit à sa manière ce qu’elle pense des droits de la femme en Afrique actuellement et ceux qu'elle veut revendiquer en tant que femme d'aujourd’hui.

«Exciser  c’est pas bon … »

Un combat mené avec grâce

Ces petites filles qui remettent le discours  à leurs aînées c’est le signe de la relève, le signe que le combat ne s’arrêtera plus. Les Miss lisent leur texte et repartent en prenant la main de la « petite soeur » comme si l’aînée savait que par sa démarche elle mettait la plus jeune à l’abri de la torture de l’excision :
 
«Il faut transmettre les bonnes choses de nos traditions mais arrêter le couteau qui mutile.», comme dit Martha.

Ici,  le combat est mené avec grâce et élégance mais la détermination de ces jeunes femmes est perceptible :

« Vouloir arrêter l’émancipation de la femme africaine serait la même chose que de vouloir arrêter la mer »,  nous dit l'une des miss.

Namia, elle, termine comme ceci : «Prenez le temps comme il vient , le vent comme il souffle et toutes les femmes de la Terre comme elles sont.» 

Agnès BLAIRE - NICOLAS.
(Lectrice du site)






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

L'espoir, enfin

… En Ethiopie. Périmé le tube humanitaire des années 80 L'Ethiopie meurt peu à peu, peu à peu-eu-eu... Pendant que les habitants des pays à l'opulence mal partagée tirent une tête des jours sans pain en désespérant des lendemains, les Ethiopiens, à l'opposé, sourient à l'avenir, celui que leur a soudain offert un jeune premier ministre, Abiy Ahmed. En moins d'un an : paix avec l'Erythrée, libération des prisonniers politiques, parité hommes-femmes au gouvernement, commission de réconciliation entre ethnies, loi en faveur des réfugiés à faire rougir de honte les Européens... Investissements chinois aidant, l'Ethiopie réduit aussi son immense pauvreté : la voilà devenue le nouveau  "tigre africain". Confiante, la fille chrétienne et musulmane de la Reine de Saba offre ainsi à l'envi aujourd'hui aux voyageurs les richesses de son histoire. Pourvu que les démons de l'économie moderne ne se penchent pas trop sur le berceau de l'Humanité. 

Michel Rouger

 

25/01/2019

Nono