Vu, lu, entendu... Afrique

23/08/2012

Coltan : le scandale en 24 images




Coltan : le scandale en 24 images
coltan7_1_1.pdf coltan7-1.pdf  (1.63 Mo)
Résumer de façon simple le scandale du coltan, ce minérai rare indispensable à nos ordinateurs, téléphones portables, satellites, télés, GPS, MP3... qui provoque trafics, maladies et guerres et drames en tout genre dans les régions, notamment l'Est du Congo, qui en possèdent : tel est le pari réussi de l'ONG espagnole Umoya, en d'autres termes la Fédération des Comités de Solidarité avec l'Afrique Noire.

Umoya a réalisé un powerpoint qui, en vingt-quatre images, présente de façon clinique, implacable, ce qui pourrait être un dossier complexe. Ou comment les Apple, Microsoft, Nokia, Ericsson, Alcatel, Sony et autres multinationales de la communication organisent un vrai pillage et financent guerre et corruption. Nous sommes aussi interpellés car directement concernés : que faire pour ne pas se sentir complice ? 




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono