Vu, lu, entendu...

20/06/2012

Rio+20 : le pire et le meilleur



Le Sommet de la Terre organisé à Rio aura été un échec. Il aura surtout mis en évidence l'influence croissante exercée sur l'administration, les diplomates, les dirigeants de l'ONU et donc sur les négociations, par les multinationales de la finance et de l'industrie. Cette influence a été notamment mis en évidence dans un rapport des Amis de la Terre .

L'ONG a réalisé aussi avec le mouvement Attac et d'autres organisations cette vidéo expliquant la stratégie des grandes firmes dans la dernière période. Autre initiative : quelque 400 organisations de la société civile représentant des millions de personnes de par le monde ont signé une déclaration – initiée par les Amis de la Terre International et neuf autres organisations – dénonçant la domination de l’ONU par les entreprises. À noter encore qu'à la veille du Sommet, des milliers de femmes de trente mouvements sociaux et paysans ont défilé à Rio contre « l'économie verte » prônée au sommet de l'ONU.

Une forte mobilisation locale

Cette contestation a été au cœur du Sommet des Peuples  organisé à une quarantaine de kilomètres du Sommet officiel et qui a réuni quelque 200 associations, syndicats et ONG. Un Sommet des Peuples qui a fait écho aux multiples initiatives surgies localement. 

Un exemple au hasard, entre des milliers, ce travail réalisé par les futurs ingénieurs de l'École des Métiers de l'Environnement à Rennes que l'on peut voir sur cette vidéo. À découvrir aussi le réseau d'étudiants CliMates présenté sur kiagi.org  et cette autre page de kiagi.org  réunissant de significatifs témoignages de jeunes. 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires