Vu, lu, entendu...

02/01/2014

A Fort MacMoney, jouez avec le pétrole


Dans leur recherche de sables bitumeux, les conglomérats pétroliers dévastent les forêts vierges du Canada. Quelle est la frontière entre prospérité et destruction ? Mettez votre ambition économique et votre conscience écologique à l’épreuve : dans le jeu documentaire « Au cœur de l’industrie pétrolière », c’est à vous de situer ces frontières. Une production signée TOXA et l'Office national du film en partenariat avec ARTE.



Vous pourrez jouer en ligne avec des joueurs du monde entier et chercherez à faire valoir votre vision et vos convictions. 

Pour cela vous pourrez explorer la ville dans ses moindres recoins. Rencontrer et interroger les acteurs de la ville. Accomplir des missions. Enfin vous voterez à l'occasion de sondages et référendums. En permanence vous aurez accès au tableau de bord pour piloter le jeu : voir où en est la ville et comment se propagent et gagnent vos orientations. Vous pourrez débattre avec votre communauté de joueur et échanger sur votre expérience à travers vos réseaux sociaux habituels

Pour en savoir plus, lire un article documenté sur cultureBox   

La partie reprend à partir du 19 Janvier










Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Méditation

La méditation étant devenue la recette du bonheur face aux brutalités du temps, méditons. Avons-nous suffisamment pensé à Jacques Chirac tous ces jours-ci ? Clairement non. A la fulguration surtout de 1995 sur « la fracture sociale » et ce qui s'en suivit, c'est-à-dire rien. Pourquoi rien ? Parce qu'il aimait les gens. La fracture s'aggrava mais les gens, sentant qu'il les aimait, l'aimèrent pour toujours, spécialement à sa mort. Aujourd'hui, le président aggrave aussi la fracture sociale. A partir du 1er novembre, la réforme de l'assurance chômage va jeter des dizaines de milliers de personnes dans la pauvreté. Mais s'il se faisait aimer en aimant autant les gens que Jacques Chirac, ça passerait. Pourquoi a-t-on besoin d'être aimé de notre monarque républicain ? Pour oublier ? A creuser à la prochaine méditation. 

Michel Rouger

02/10/2019

Nono












Partenaires