Vu, lu, entendu...

30/07/2013

A la découverte des fêtes indigènes




A la découverte des fêtes indigènes
L'été est l'occasion de découvrir, parfois près de chez soi, parfois loin, des cultures différentes qui nous renvoient à nos propres cultures. Survival vous propose une introduction pleine de respect dans les fêtes des peuples indigènes.

« Tandis que la mondialisation met en danger la diversité culturelle, la multitude de fêtes, cérémonies et rituels indigènes qui ont lieu dans le monde nous rappelle que chaque groupe humain a une vision distincte du monde, des priorités spécifiques et la maîtrise du mode de vie qu’il a choisies.  » est-il écrit en exergue des montages photos qui vous sont proposés

Bon voyage chez les Aymaras des hauts plateaux de Bolivie, chez les Enanewene nawe et les Yanomam d'Amazonie ou les Penans de Malaisie. Un voyage-retour sur des choses fondamentales que nous avons oubliées mais aussi la prise de conscience du lourd tribut que doivent payer ces peuples pour soi-disant "garantir notre développement". Merci Survival.





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono