12/04/2012

Cinq urbanistes américains repensent "l'Américan way of Life"



Cinq urbanistes américains repensent "l'Américan way of Life"
Histoires Ordinaires s'est plusieurs fois fait l'écho de l'engagement personnel pour de nouvelles façons de penser et vivre son habitat (voir Simon, le vieux Castor, Béatrice ). Dans un registre plus urbanistique et prospectiviste le MoMa, le grand Musée d'art Moderne de New York, présente, jusque fin Aout, une exposition qui rend compte de manière très vivante d'un exercice de prospective proposé à cinq architectes Urbanistes (un peu dans l'esprit de l'exposition sur le Grand Paris).

Grâce au site dédié, mis en ligne par le MoMa pas besoin de se rendre à New York pour découvrir l'exposition  C'est le type de visite qu'à choisi l'équipe du Blog "un habitat différent" : un collectif d’habitants situé au Lac de Maine à Angers.

Les rédacteurs proposent un compte rendu expert et documenté de l'exposition " foreclosed : Rehousing the Américan dream".

Voila ce qu'ils en retiennent : "Dans un contexte d’appauvrissement des banlieues où le “rêve américain” d’un “american way of life” idéal est mis à mal par la crise économique et le modèle d’accession à la propriété qui force les accédants à l’endettement outre-mesure et à l’hypothèque obligatoire de leur maison, il s’agit pour les urbanistes, architectes, planificateurs de tous ordres de redéfinir ce fameux “rêve américain” afin que chacun puisse vivre sereinement et durablement dans un environnement convivial et écologiquement acceptable où les services mais également les biens de consommations sont accessibles facilement et à moindre coût : le modèle des villes où les centres commerciaux sont rejetés à l’extérieur, en périphérie et donc nécessitent une sur-utilisation des moyens de transports personnels, aura d’ici peu vécu. Lire la suite sur le blog.









Le billet de la semaine

Poison


La Justice a enfin tranché. Les laboratoires Servier sont condamnés. Pour la mort de 1 500 à 2 000 personnes empoisonnées par le Mediator et pour les souffrances infligées à des milliers d’autres, ils devront verser quelques heures de leur chiffre d’affaires. Quant aux dirigeants, cadres ou experts accusés, ils sont repartis libres avec leurs gardes du corps dans leurs voitures aux vitres teintées. Plus clément que la procureure, le tribunal leur a épargné la prison ferme. Dans la France du XXIe siècle, les juges, qui envoient le petit peuple à tour de bras dans des prisons indignes, restent pétrifiés à l’idée d’enfermer un puissant dans une cellule aménagée. Inébranlable justice de classe. Un vrai poison dans une société déjà peu confiante envers ses institutions. Pour rattraper l’iniquité, reste plus qu’à décider d’un plan médiator transformant la prison ferme en prison avec sursis pour les milliers de détenus non condamnés pour homicides involontaires. 

Michel Rouger
20210401_poison.mp3 20210401 Poison.mp3  (1.11 Mo)


31/03/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires