Vu, lu, entendu... Amériques

12/04/2012

Cinq urbanistes américains repensent "l'Américan way of Life"



Cinq urbanistes américains repensent "l'Américan way of Life"
Histoires Ordinaires s'est plusieurs fois fait l'écho de l'engagement personnel pour de nouvelles façons de penser et vivre son habitat (voir Simon, le vieux Castor, Béatrice ). Dans un registre plus urbanistique et prospectiviste le MoMa, le grand Musée d'art Moderne de New York, présente, jusque fin Aout, une exposition qui rend compte de manière très vivante d'un exercice de prospective proposé à cinq architectes Urbanistes (un peu dans l'esprit de l'exposition sur le Grand Paris).

Grâce au site dédié, mis en ligne par le MoMa pas besoin de se rendre à New York pour découvrir l'exposition  C'est le type de visite qu'à choisi l'équipe du Blog "un habitat différent" : un collectif d’habitants situé au Lac de Maine à Angers.

Les rédacteurs proposent un compte rendu expert et documenté de l'exposition " foreclosed : Rehousing the Américan dream".

Voila ce qu'ils en retiennent : "Dans un contexte d’appauvrissement des banlieues où le “rêve américain” d’un “american way of life” idéal est mis à mal par la crise économique et le modèle d’accession à la propriété qui force les accédants à l’endettement outre-mesure et à l’hypothèque obligatoire de leur maison, il s’agit pour les urbanistes, architectes, planificateurs de tous ordres de redéfinir ce fameux “rêve américain” afin que chacun puisse vivre sereinement et durablement dans un environnement convivial et écologiquement acceptable où les services mais également les biens de consommations sont accessibles facilement et à moindre coût : le modèle des villes où les centres commerciaux sont rejetés à l’extérieur, en périphérie et donc nécessitent une sur-utilisation des moyens de transports personnels, aura d’ici peu vécu. Lire la suite sur le blog.






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Fou du Puy

En cet an de grâce 2020, le Président de la République Française a donc offert au vicomte vendéen Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon le privilège d’ouvrir la saison culturelle estivale avec ses troupes médiévales et archaïques en lieu et place des poètes, musiciens, comédiens et autres saltimbanques d’aujourd’hui empêchés. De tout le pays fusent les protestations, bruissent les questions. Pourquoi le vicomte ? Pourquoi cet affront au grand voisin vendéen, le radical Clemenceau, dont le chef de la "guerre" anti-virus dit pourtant aussi s’inspirer ? Le Président communiquant joue avec tous, son Premier ministre, ses députés, ses opposants mais surtout, il est fou du Puy du Fou. Le jeune bourgeois picard adoubé à Paris par un président socialiste mais déplorant l’absence de la "figure du roi ", avait lancé en 2016, visitant le vicomte : "Je ne suis pas socialiste", "je suis Puyfolais". Plus que de Clemenceau, Puyfolais 1er va donc peut-être s’inspirer de Cathelineau ou Charette pour rassembler ses troupes de Marcheurs aujourd’hui quelque peu en désordre.

Michel Rouger

28/05/2020

Nono












Partenaires