Vu, lu, entendu... Amériques

21/01/2015

Un film sur le Musée de la Solidarité au Chili




Un film sur le Musée de la Solidarité au Chili
En 1971, l’idée d’un Musée de la Solidarité ("Chileno no estas solo"), en soutien au gouvernement populaire, arrive sur le bureau de Salvador Allende. Il s’agit d’une initiative unique au monde : lancer un appel à dons auprès d’artistes du monde entier pour constituer le premier musée d’art contemporain d’Amérique Latine. Le retentissement est international et des centaines d’œuvres sont alors envoyées au Chili.

Après le coup d’Etat militaire de 1973, les œuvres disparaissent, mais les initiateurs du projet ont l’idée de perpétuer cette initiative en dehors des frontières du Chili en créant « le Musée de la Résistance » et en organisant des expositions itinérantes de par le monde. Entre 1973 et 1991, ce mouvement artistique recueillera plusieurs milliers d’œuvres d’art en soutien au peuple chilien. 

Ce n’est qu’en 1990, année qui signe le retour de la démocratie au Chili, que l’on retrouve les premières œuvres d’art. Les organisateurs du Musée de la Solidarité jusqu’alors en exil décident que le moment est venu pour que ces oeuvres reprennent la route du pays. 

Les années de transition démocratique qui s’en suivent menacent l'installation du Musée de la Solidarité à Santiago et sa pérennisation. Ainsi, malgré les pressions certains artistes bienfaiteurs pour attirer l’attention de l’opinion publique sur le devenir de la collection, l’héritage du Musée de la Solidarité fut dilapidé parmi d’autres collections et le Musée condamné à l’oubli.

Une équipe de jeunes réalisateurs a aujourd’hui le projet, autour d’un film documentaire, de raconter l’incroyable épopée de ce musée unique au monde, composé de milliers d’œuvres léguées au peuple chilien, au nom de la liberté.

Cependant, après deux ans de travail de recherche complètement autofinancés et des dizaines d’heures d’entretiens préliminaires, ils ont besoin de retourner visiter les principaux protagonistes de l’histoire de “Chileno no estás solo” afin de les filmer avec du matériel professionnel. Et, pour ce faire, ils souhaitent être soutenus via une plateforme de financement participatif.

Pour en savoir plus :
Apporter votre soutien sur la plateforme de financement participatif
Suivre l'actualité de "Chileno no estas solo" sur Facebook







 




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Montez !

Sitôt passée la station Europe, les cars Macron ont pris la route pour aller ramasser les élus de droite et du centre inquiets pour leur siège à neuf mois des élections municipales. Allez, montez ! Et hop, 72 politiciens ont grimpé, regardés l'œil mauvais par leurs rivaux plus rapides qu'eux en macronie. Celle-ci est plus que jamais un hall de gare où se croisent tous les ex : ex-gaullistes, ex-chiraquiens, ex-giscardiens, ex-radicaux, ex-socialistes, ex-mitterrandiens, ex-rocardiens, ex-Verts... Un parti d'ex, centriste, ou plutôt excentrique, qui roule en zigzag,  jusqu'ici à droite, maintenant soudain à gauche."Le capitalisme est devenu fou", a lancé mardi le Président en stigmatisant la "captation des richesses par quelques-uns". Une seconde, on a cru qu'il allait entonner Debout, les damnés de la terre  et rétablir l'impôt sur la fortune pour les gros actionnaires. Mais non. Dans le car, les 72 élus de droite sont rassurés. Ils peuvent même se réjouir : ce coup de volant à gauche peut aider à ravir des villes aux socialistes.

​Michel Rouger

13/06/2019

Nono