21/01/2015

Un film sur le Musée de la Solidarité au Chili



Un film sur le Musée de la Solidarité au Chili
En 1971, l’idée d’un Musée de la Solidarité ("Chileno no estas solo"), en soutien au gouvernement populaire, arrive sur le bureau de Salvador Allende. Il s’agit d’une initiative unique au monde : lancer un appel à dons auprès d’artistes du monde entier pour constituer le premier musée d’art contemporain d’Amérique Latine. Le retentissement est international et des centaines d’œuvres sont alors envoyées au Chili.

Après le coup d’Etat militaire de 1973, les œuvres disparaissent, mais les initiateurs du projet ont l’idée de perpétuer cette initiative en dehors des frontières du Chili en créant « le Musée de la Résistance » et en organisant des expositions itinérantes de par le monde. Entre 1973 et 1991, ce mouvement artistique recueillera plusieurs milliers d’œuvres d’art en soutien au peuple chilien. 

Ce n’est qu’en 1990, année qui signe le retour de la démocratie au Chili, que l’on retrouve les premières œuvres d’art. Les organisateurs du Musée de la Solidarité jusqu’alors en exil décident que le moment est venu pour que ces oeuvres reprennent la route du pays. 

Les années de transition démocratique qui s’en suivent menacent l'installation du Musée de la Solidarité à Santiago et sa pérennisation. Ainsi, malgré les pressions certains artistes bienfaiteurs pour attirer l’attention de l’opinion publique sur le devenir de la collection, l’héritage du Musée de la Solidarité fut dilapidé parmi d’autres collections et le Musée condamné à l’oubli.

Une équipe de jeunes réalisateurs a aujourd’hui le projet, autour d’un film documentaire, de raconter l’incroyable épopée de ce musée unique au monde, composé de milliers d’œuvres léguées au peuple chilien, au nom de la liberté.

Cependant, après deux ans de travail de recherche complètement autofinancés et des dizaines d’heures d’entretiens préliminaires, ils ont besoin de retourner visiter les principaux protagonistes de l’histoire de “Chileno no estás solo” afin de les filmer avec du matériel professionnel. Et, pour ce faire, ils souhaitent être soutenus via une plateforme de financement participatif.

Pour en savoir plus :
Apporter votre soutien sur la plateforme de financement participatif
Suivre l'actualité de "Chileno no estas solo" sur Facebook







 







Le billet de la semaine

​Bolloré en Indochine


Frappé en ce moment par la fuite de journalistes craignant de subir à leur tour, avec l’intrusion du Groupe Bolloré, la dérive droitière de Cnews, le journal L’Express va pouvoir au moins, dans un premier temps, conter les belles histoires du dit Groupe. La dernière se passe au Cambodge. Par amour du caoutchouc, le groupe  français accapare en 2008 des terres ancestrales de l’ethnie Bunong et y plante des hévéas. En 2015, des paysans se rebellent. Suivent divers épisodes. Le dernier a eu lieu le 2 juillet devant le tribunal de Nanterre et a été marqué par une belle victoire du droit français : celui de Bolloré contre les paysans cambodgiens incapables, ces indigènes, de fournir des droits de propriétés en bonne et due forme. Pour prix de leur toupet, ils devront payer en outre une indemnité de procédure au planteur français. L’avocat des Bunongs a aussitôt fait appel. Suspense. Le prochain épisode de Bolloré en Indochine sera à suivre, dans L’Express bien sûr. 

Michel Rouger
20210708_bollore_en_indochine.mp3 20210708 Bolloré en Indochine.mp3  (1.17 Mo)


08/07/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires