Vu, lu, entendu... Amériques

07/03/2012

La victoire amère de villageois colombiens




La victoire amère de villageois colombiens
Après six ans de combat judiciaire, les proches de Manuel et Hortensia, deux jeunes colombiens exécutés par des militaires, viennent d'obtenir une victoire symbolique : des excuses de l'armée. Manuel, Hortensia et un troisième camarade, William, circulaient à moto lors d'une fête traditionnelle près de leur village de San Antonio, lorsqu'ils ont été fauchés par des rafales de mitraillettes.

William, blessé, avait pu se sauver et alerter les villageois mais ceux-ci n'avaient rien pu faire contre les militaires qui avaient emporté et déguisé les deux jeunes en guérilleros. Le combat des familles n'est pas fini : elles veulent que les officiers du bataillon soient jugés et condamnés.

Un reportage de Timothée L'angevin sur Courriers d'errance. On y trouvera aussi un reportage sur la marche de milliers de Colombiens le 6 mars contre les crimes d'État et crimes paramilitaires.






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono