Vu, lu, entendu... Amériques

La victoire amère de villageois colombiens


07/03/2012



La victoire amère de villageois colombiens
Après six ans de combat judiciaire, les proches de Manuel et Hortensia, deux jeunes colombiens exécutés par des militaires, viennent d'obtenir une victoire symbolique : des excuses de l'armée. Manuel, Hortensia et un troisième camarade, William, circulaient à moto lors d'une fête traditionnelle près de leur village de San Antonio, lorsqu'ils ont été fauchés par des rafales de mitraillettes.

William, blessé, avait pu se sauver et alerter les villageois mais ceux-ci n'avaient rien pu faire contre les militaires qui avaient emporté et déguisé les deux jeunes en guérilleros. Le combat des familles n'est pas fini : elles veulent que les officiers du bataillon soient jugés et condamnés.

Un reportage de Timothée L'angevin sur Courriers d'errance. On y trouvera aussi un reportage sur la marche de milliers de Colombiens le 6 mars contre les crimes d'État et crimes paramilitaires.






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Février 2015 - 17:22 Indignation sélective



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Un été français

Comment ça va à la maison ? Nous, on n'oubliera pas nos vacances en France ! La Coupe du Monde a provoqué une euphorie incroyable. Oubliée la France qui broie du noir, chipote, râle, proteste contre le foot-business et le reste Des gamins de banlieue devenus grands ont fait un miracle. Ils ont uni le pays. Tout d'un coup, des jeunes Noirs nés dans des quartiers décriés sont devenus Français. A Moscou, au nom de tout le pays et pour la fierté ainsi rendue, le président les a embrassés un à un, mouillant sa chemise en glissant à chacun un petit mot : « Dis à tes copains que je ressors le grand plan pour les banlieues », « Moi aussi, je vais jouer maintenant collectif », etc. On nous a dit que la France avait déjà vécu cette euphorie il y a vingt ans, en 1998. En juillet, elle était devenue soudain « black-blanc-beur » En septembre c'était fini. Pas grave, nous, on sera rentrés. C'était un grand moment.  

Michel Rouger

16/07/2018

Nono