Vu, lu, entendu... Amériques

L'eau contre l'or : conflit sanglant au Pérou


19/07/2012



L'eau contre l'or : conflit sanglant au Pérou
Au Pérou, le conflit autour du projet minier de Conga, dans la région de Cajamarca, se radicalise, raconte Béatrice Héraud sur Novethic. Début juillet, les manifestations, durement réprimées, ont fait cinq morts et une quarantaine de blessés. Le président a décrété l'état d'urgence et fait appel à l'Eglise pour servir de médiateur.

« Depuis octobre 2011, explique Béatrice Héraud, un grave conflit oppose des habitants de la région de Cajamarca, au nord du Pérou, aux promoteurs du projet d’aménagement de la mine d’or et de cuivre de Conga, porté par Yanacocha, une joint venture de Newmont, Buenaventura et l’international finance corporation. Ce chantier, qui doit débuter en 2014, est estimé à 4,8 milliards de dollars. Il devrait peser lourdement sur les réserves en eau de la région, sa réalisation devant conduire à sacrifier quatre réservoirs d’altitude pour les remplacer par des lacs artificiels. Pour les opposants, c’est aussi la destruction de centaines d’hectares de zones humides et la pollution de millions de m3 d’eau qui se profile »...




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Février 2015 - 17:22 Indignation sélective



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Naufrage

Depuis une dizaine de jours maintenant, l'équipage de La Macronie souque ferme. Appelé en Méditerrannée pour secourir les 629 migrants de l'Aquarius chassés par les forbans parvenus à la barre de l'Italie, il s'est égaré en route. L'un des principaux officiers, le Breton Jean-Yves Le Drian, a cru voir l'Espagne "plus proche" que la France pour accueillir les malheureux, se trompant de quelque 180 milles nautiques (340 km). Du coup, ce sont les Espagnols, montrant l'exemple avec un bel ensemble à toute l'Europe, qui ont assuré le sauvetage. Depuis, l'équipage français rame pour ramener quand même une partie des migrants en France. Les socialistes bretons, eux, sont affligés. Leur chef historique agrégé d'histoire a perdu sa géographie, son histoire son socialisme et son ciré jaune. Ils se préparent à aller déposer des ex-voto dans leurs chapelles : "A notre capitaine qui nous a quittés sans retour en embarquant sur La Macronie."

Michel Rouger

21/06/2018

Nono