Vu, lu, entendu... Amériques

19/07/2012

L'eau contre l'or : conflit sanglant au Pérou



L'eau contre l'or : conflit sanglant au Pérou
Au Pérou, le conflit autour du projet minier de Conga, dans la région de Cajamarca, se radicalise, raconte Béatrice Héraud sur Novethic. Début juillet, les manifestations, durement réprimées, ont fait cinq morts et une quarantaine de blessés. Le président a décrété l'état d'urgence et fait appel à l'Eglise pour servir de médiateur.

« Depuis octobre 2011, explique Béatrice Héraud, un grave conflit oppose des habitants de la région de Cajamarca, au nord du Pérou, aux promoteurs du projet d’aménagement de la mine d’or et de cuivre de Conga, porté par Yanacocha, une joint venture de Newmont, Buenaventura et l’international finance corporation. Ce chantier, qui doit débuter en 2014, est estimé à 4,8 milliards de dollars. Il devrait peser lourdement sur les réserves en eau de la région, sa réalisation devant conduire à sacrifier quatre réservoirs d’altitude pour les remplacer par des lacs artificiels. Pour les opposants, c’est aussi la destruction de centaines d’hectares de zones humides et la pollution de millions de m3 d’eau qui se profile »...




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Liberté

46 jours. Ça fait 46 jours qu’on est assignés, bouclés dans 3,1416 km², sans pouvoir frôler, toucher, embrasser, festoyer, jogger, bicycletter, surveillés par des policiers à pied, à cheval, à vélo, à moto, en auto, en hélico, épiés par des collabos... Y’a que d’aller bosser qui rend libre, chose au reste discutée depuis l’aube de l’humanité. Au moins, nous voilà à J-11 de la semi-liberté conditionnelle. Sauf que le gouvernement continue de bricoler son StopCovid d’apprenti sorcier. Alors là, geste barrière : Stop au StopCovid. Le confiné sur canapé, qui poste à qui veut sa vie privée sur son smartphone, doit cette fois dire non. Non à tous les virus de l’e-surveillance politique qui mutent vite en virus Xi Jinping que la dictature chinoise veut répandre dans les démocraties : il est déjà à Nice… Ne pas sacrifier la Liberté au besoin de sécurité qui se nourrit de toutes nos peurs est un bon sujet de réflexion et d'action pour les 220 jours de semi-liberté qui nous attendent sans doute d’ici le réveillon. Quand enfin on s’embrassera. Bonne Année ! La santé surtout. Et la Liberté. Peut-être...

Michel Rouger

30/04/2020

Nono












Partenaires