Vu, lu, entendu... Amériques

La grève de la faim de la chef amérindienne


10/01/2013



La grève de la faim de la chef amérindienne
Depuis le 10 décembre, soit un mois maintenant, Theresa Spence, la chef améridienne de la tribu des Attawapiskat, dans le nord de l’État de l’Ontario, poursuit une grève de la faim installée dans un tipi à Ottawa, en face au Parlement canadien. « Elle proteste, explique Gaëlle Le Roux sur France24, contre les conditions de vie des autochtones, particulièrement exposés aux problèmes de logement, de chômage et de santé publique. » Déjà, l'hiver passé, « elle avait décrété l’état d’urgence sur son territoire, alors que plusieurs dizaines de ses administrés dormaient par un froid polaire sous des tentes ou des habitations de fortune, sans eau courante ni électricité. »






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

L'espoir, enfin

… En Ethiopie. Périmé le tube humanitaire des années 80 L'Ethiopie meurt peu à peu, peu à peu-eu-eu... Pendant que les habitants des pays à l'opulence mal partagée tirent une tête des jours sans pain en désespérant des lendemains, les Ethiopiens, à l'opposé, sourient à l'avenir, celui que leur a soudain offert un jeune premier ministre, Abiy Ahmed. En moins d'un an : paix avec l'Erythrée, libération des prisonniers politiques, parité hommes-femmes au gouvernement, commission de réconciliation entre ethnies, loi en faveur des réfugiés à faire rougir de honte les Européens... Investissements chinois aidant, l'Ethiopie réduit aussi son immense pauvreté : la voilà devenue le nouveau  "tigre africain". Confiante, la fille chrétienne et musulmane de la Reine de Saba offre ainsi à l'envi aujourd'hui aux voyageurs les richesses de son histoire. Pourvu que les démons de l'économie moderne ne se penchent pas trop sur le berceau de l'Humanité. 

Michel Rouger

 

25/01/2019

Nono