Vu, lu, entendu... Amériques

02/10/2012

Perenco, une entreprise qui fait du mal au Guatemala




Perenco, une entreprise qui fait du mal au Guatemala
Des communautés indigènes accusent Perenco, la compagnie franco-britannique qui exploite du pétrole au nord du Guatemala de porter atteinte à leur survie. Elle est aussi dans la ligne de mire des ONG de défense des droits de l’Homme et de l’environnement.

Cette entreprise exploite les puits de pétrole en fin de vie dans la région très sensible du Péten au Guatemala, au cœur d’une zone naturelle exceptionnelle. Dégradation de l’environnement, déplacement des communautés indigènes, problèmes de santé, c'est le lot des populations locales d'après  l’association française Collectif Guatemala, soutenu par le CCFD-Terre solidaire  et les Amis de la Terre. 

En ce début d’automne, le collectif organise une tournée en Europe pour dénoncer la situation des 37 communautés indigènes, soit 40 000 personnes du Parc Laguna del Tigre. 

Le collectif Guatemala est à la recherche de financements pour la production d'un film documentaire sur les conséquences des activités de Perenco.

Lire plus sur le sujet sur les sites du Collectif Guatemala et  Rue 89





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Aux Actualités

En ce jeudi 12 décembre, un sale temps frappe en rafales les fenêtres du monde. Au Royaume Uni, un Premier ministre menteur tente un coup de force électoral pour sortir son pays de l'Europe. En France, un gouvernement technocratique ose un coup de force social pour imposer un système de retraite injuste. A Madrid, la 25e Conférence sur le climat boucle demain par un nouvel échec la décennie la plus chaude de l'Histoire. Au Sahel, le Niger enterre soixante-et-onze soldats tués par des centaines d'assaillants djihadistes. En Algérie, les militaires organisent aussi ce jeudi une farce électorale pour continuer à confisquer le pays. Et puis une incroyable éclaircie. Toujours revenue depuis dix mois. Un grand mouvement pacifique qui secoue le pouvoir fossilisé algérien et bouscule les idées reçues. Le hirak continuera demain et ce n'est pas fini, là-bas, ici, partout.

Michel Rouger

12/12/2019

Nono












Partenaires