Vu, lu, entendu...

"Sauvons Les Choisinets !" (suite…)


16/09/2015



"Sauvons Les Choisinets !" (suite…)

Les lecteurs d'Histoires Ordinaires connaissent bien le Théâtre de l'Arentelle  et Bruno Hallauer, l'âme de cette aventure, toujours bouillonnant d'imagination et d'initiatives. Nous avions parlé entre autres de l'opération de sauvetage du hameau Les Choisinaits voisin du théâtre. Une entreprise folle mais qui continue à mobiliser toute une équipe. Et celle-ci a reçu un beau coup de pouce samedi 19 septembre.

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, elle a en effet été sélectionnée pour l'émission de Stéphane Bern sur France 2 « Sauvons nos trésors ». Ci-dessous, la vidéo de présention dans laquelle on retrouve à plusieurs reprises les bénévoles des Choisinets. Voir aussi le site Les Choisinets. Nos lecteurs ont sans doute été séduits comme beaucoup de téléspectateurs. En tout cas, ceux-ci, qui étaient appelés à voter en direct pour attribuer les trois bourses de 10 000 €, ont choisi Les Choisinets avec l’Eglise Saint-Amé, dans les Vosges, et La Maison des Dragons, à Cluny. Au-delà de l'aide financière, de quoi donner surtout donner du courage aux bénévoles pour leur immense chantier.





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Juin 2014 - 16:31 Institutrice-paysanne en garde à vue !

Mercredi 21 Mai 2014 - 22:18 Anaïs, jeune agricultrice en Bretagne



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Naufrage

Depuis une dizaine de jours maintenant, l'équipage de La Macronie souque ferme. Appelé en Méditerrannée pour secourir les 629 migrants de l'Aquarius chassés par les forbans parvenus à la barre de l'Italie, il s'est égaré en route. L'un des principaux officiers, le Breton Jean-Yves Le Drian, a cru voir l'Espagne "plus proche" que la France pour accueillir les malheureux, se trompant de quelque 180 milles nautiques (340 km). Du coup, ce sont les Espagnols, montrant l'exemple avec un bel ensemble à toute l'Europe, qui ont assuré le sauvetage. Depuis, l'équipage français rame pour ramener quand même une partie des migrants en France. Les socialistes bretons, eux, sont affligés. Leur chef historique agrégé d'histoire a perdu sa géographie, son histoire son socialisme et son ciré jaune. Ils se préparent à aller déposer des ex-voto dans leurs chapelles : "A notre capitaine qui nous a quittés sans retour en embarquant sur La Macronie."

Michel Rouger

21/06/2018

Nono