Vu, lu, entendu...

Bach, rap et graf en Maurienne avec Solid'Art


27/09/2011



Bach, rap et graf en Maurienne avec Solid'Art
« En Maurienne, 42 000 raisons d'espérer ». En juin dernier, nous évoquions la démarche de l'association Solid'Art qui, comme les Articulteurs de Redon, unit dans la même dynamique culture et développement local. Des images de l' « Hopérap », qui  a ému quelque 300 spectateurs au théâtre de St Jean de Maurienne, témoignent après bien d'autres initiatives de l'esprit qui gouverne les actions. 

« Le mariage du Rap, de la danse Hip-Hop, du graf, avec la musique de Jean-Sébastien Bach, en décloisonnant les habitudes, en bousculant les certitudes, a sans aucun doute apporté des ouvertures prometteuses, souligne l'association, l'ouverture et la rencontre étaient bien au coeur de ce projet ».

Il est possible d'acheter le DVD du spectacle intégral pour le prix de 15 € auprès de Solid'Art rue du Parquet 73300 St Jean de Maurienne






Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Septembre 2015 - 11:14 "Sauvons Les Choisinets !" (suite…)

Jeudi 19 Juin 2014 - 16:31 Institutrice-paysanne en garde à vue !



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Un été français

Comment ça va à la maison ? Nous, on n'oubliera pas nos vacances en France ! La Coupe du Monde a provoqué une euphorie incroyable. Oubliée la France qui broie du noir, chipote, râle, proteste contre le foot-business et le reste Des gamins de banlieue devenus grands ont fait un miracle. Ils ont uni le pays. Tout d'un coup, des jeunes Noirs nés dans des quartiers décriés sont devenus Français. A Moscou, au nom de tout le pays et pour la fierté ainsi rendue, le président les a embrassés un à un, mouillant sa chemise en glissant à chacun un petit mot : « Dis à tes copains que je ressors le grand plan pour les banlieues », « Moi aussi, je vais jouer maintenant collectif », etc. On nous a dit que la France avait déjà vécu cette euphorie il y a vingt ans, en 1998. En juillet, elle était devenue soudain « black-blanc-beur » En septembre c'était fini. Pas grave, nous, on sera rentrés. C'était un grand moment.  

Michel Rouger

16/07/2018

Nono