Vu, lu, entendu...

Les Sans Terre : 25 ans de combat


03/05/2012



Les Sans Terre : 25 ans de combat
C'est le plus grand mouvement de paysans d'Amérique Latine et l'un des plus célèbres au monde : cela fait maintenant vingt-cinq ans que le Mouvement des Sans Terre brésilien (MST) se bat pour qu'on mette des terres inutilisées à la disposition de familles paysannes. Elles sont quelque 100 000 à survivre aujourd'hui dans des campements construits par le MST. On estime à quatre millions toutes celles qui attendent en vain une réforme agraire à la hauteur des besoins.
 
Voir le site français des Amis des Sans Terre

Les Sans Terre : 25 ans de combat
L'Inde a aussi son mouvement des sans terre avec l'organisation non-violente Ekta Parishad qui, depuis plus de 20 ans, multiplie notamment les marches. Explications sur le site de Peuples Solidaires.

À Rennes, une conférence a lieu sur l'accès à la terre le mercredi 9 mai à 20h à l'Espace Ouest-France, 38 rue du Pré-Botté. Une animation sur le même thème, en soutien à Ekta Parishad,  a lieu le samedi 12 de 11 h à 17 h place de la mairie.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Septembre 2015 - 11:14 "Sauvons Les Choisinets !" (suite…)

Jeudi 19 Juin 2014 - 16:31 Institutrice-paysanne en garde à vue !



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Vouloir rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher lentement ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono