Vu, lu, entendu...

18/09/2014

Aider la coopérative Le Champ Commun à aller plus loin




Modèle de développement local, la coopérative Le Champ Commun, située à Augan dans le Morbihan, continue d'aller de l'avant. Depuis sa création en 2010, les quelque 120 associés ont investi plus de 140 000 euros, monté épicerie, brasserie, bar-café, et fait du Champ Commun un pôle d'animation incontournable sur cette commune de 1 500 habitants et ses environs.  
 
Aujourd'hui, elle fait appel de nouveau à la participation citoyenne en lançant une levée de fonds de 35 000 euros sur la plate-forme de crowdfunding Ulule  (ulule.com/le-champ-commun) destinée à la construction d'une Auberge. «  Il ne s’agit pas de grossir, souligne Le Champ Commun. Non, il s’agit de trouver la taille critique nécessaire pour faire vivre la coopérative et assurer des services et des emplois de qualité, justes et conviviaux ; de consolider notre économie pour accéder à une meilleure rentabilité, afin de disposer des moyens financiers pour payer au prix juste et dans les temps tous les partenaires du projet. Et en plus créer 4 emplois à terme. »
 
D'un coût total de 70 000 €, l'Auberge, qui disposera de 24 lits répartis dans 8 chambres, sera au service des collectifs et des familles.
 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono