Vu, lu, entendu...

30/06/2013

Accaparement des terres en Sierra Leone : Bolloré accusé




Accaparement des terres en Sierra Leone : Bolloré accusé
Le groupe français Bolloré est mis en cause dans un rapport d’Oakland Institute, une ONG basée en Californie spécialiste du phénomène d’accaparement des terres. En Sierra Leone, le groupe s’installe sur 6 500 hectares pour produire de l’huile de palme. D"autres ONG l'ont rejointe parmi lesquels Foi et Justice du Cameroun, Grain et SWISSAID de Suisse.

Les douze ONG actives dans le domaine de la lutte contre l’accaparement des terres agricoles dans les pays en développement ont accusé, le 3 juin, l'entrepreneur français Vincent Bolloré et l’homme d'affaires belge Hubert Fabri de «recourir à l'intimidation pour museler l’opposition à leurs projets» d’huile de palme en Sierra Leone.

La société financière des caoutchoucs (Socfin), détenue par les deux magnats européens, vient de lancer des poursuites judiciaires contre  une ONG sierra-léonaise, Green Scenery, pour les rapports qu’elle a publiés sur les activités de la société, où il apparaissait l’absence de compensation adéquate, la corruption et les pressions exercées sur les propriétaires terriens et les chefs afin qu’ils signent des accords pour céder leurs terres.

Pour en savoir plus, lire le communiqué






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​L'Étranger, toujours

Comme une fatalité. Chaque élection présidentielle apporte sa méprise. Ainsi le jeune Président élu en mai 2017 a aussitôt muté en vieux politicien utilisant les ficelles les plus usées. Revoilà l'immigration. Alors qu'elle n'est pas apparue dans les priorités des Gilets Jaunes et du Grand débat national, le Président pousse le sujet, impose aux députés et sénateurs d'en débattre, empoisonne les esprits en alléguant que le droit d'asile est détourné par des réseaux. L'Étranger pris en otage, toujours. Le président pourrait rappeler les faits. Citer les chiffres réels. Démontrer la capacité d'accueil du pays des Droits de l'homme aujourd'hui parmi les mal classés de l'Union européenne. Souligner que personne ne quitte son pays sans déchirement. Que le migrant arrive exténué, martyrisé en chemin. S'appuyer surtout sur l'esprit d'accueil qui se manifeste dans toute la France. Cela ferait un beau discours politique, qui grandirait le pays  et le candidat à la Présidentielle de 2022 descendu aujourd'hui sur le terrain de l'extrême droite pour en faire son seul challenger.

Michel Rouger

07/10/2019

Nono












Partenaires