Vu, lu, entendu...

Accaparement des terres en Sierra Leone : Bolloré accusé


30/06/2013



Accaparement des terres en Sierra Leone : Bolloré accusé
Le groupe français Bolloré est mis en cause dans un rapport d’Oakland Institute, une ONG basée en Californie spécialiste du phénomène d’accaparement des terres. En Sierra Leone, le groupe s’installe sur 6 500 hectares pour produire de l’huile de palme. D"autres ONG l'ont rejointe parmi lesquels Foi et Justice du Cameroun, Grain et SWISSAID de Suisse.

Les douze ONG actives dans le domaine de la lutte contre l’accaparement des terres agricoles dans les pays en développement ont accusé, le 3 juin, l'entrepreneur français Vincent Bolloré et l’homme d'affaires belge Hubert Fabri de «recourir à l'intimidation pour museler l’opposition à leurs projets» d’huile de palme en Sierra Leone.

La société financière des caoutchoucs (Socfin), détenue par les deux magnats européens, vient de lancer des poursuites judiciaires contre  une ONG sierra-léonaise, Green Scenery, pour les rapports qu’elle a publiés sur les activités de la société, où il apparaissait l’absence de compensation adéquate, la corruption et les pressions exercées sur les propriétaires terriens et les chefs afin qu’ils signent des accords pour céder leurs terres.

Pour en savoir plus, lire le communiqué







Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​2018, la révolte

2018 s'achève et il en restera surtout, non pas la victoire de footballeurs millionnaires, mais la révolte des invisibles qui, soudain, n'ont plus supporté de courber l'échine devant les inégalités brutales économiques et sociales imposée par le pouvoir absolu de l'argent. Il y a cinquante ans, la révolte ouvrière et étudiante contre une société archaïque inaugurait quinze années de transformations profondes, notamment la libération des femmes. Après les “évènements de 68”, les “évènements de 2018” ? La révolte des Gilets Jaunes, largement soutenue par l'opinion, peut-elle annoncer un nouveau moment historique où la réduction des inégalités et la défense de la planète, devenues clairement indispensables et indissociables, seraient devenues priorités politiques ? C'est possible mais il faudra cette fois dominer les démons qui se sont réveillés, ceux de la droite extrême qui rêve, dans tout l'Occident en crise, de ramasser la mise...

Michel Rouger

13/12/2018

Nono