Demain, on change

21/05/2020

Les premiers pas du Conseil national de la nouvelle résistance



Infatigable Claude Alphandéry. Le grand résistant de la Seconde Guerre mondiale et militant de toujours de l'économie sociale et solidaire participe aujourd'hui, à 97 ans, à la création du Conseil national de la nouvelle résistance (CNNR). Lancé le 13 mai, le CNNR doit rendre ses premiers travaux le 27 mai lors de la journée nationale de la Résistance. 

"Il faut unir nos forces comme pendant la Résistance" explique Claude Alphandéry sur France Culture. Autres citations relevées par la radio en présentation de cette interview de 24 mn, 
Nous avons vu comment, par la solidarité, la pandémie a pu être contenue. C’est un exemple de ce que nous pouvons faire, dans un monde qui risque d’être invivable. Avec ce nouveau Conseil, nous voulons susciter la renaissance de cet esprit de solidarité. Il existe, en France, des milliers d’associations, d’entreprises sociales et solidaires, qui doivent être un noyau de ce système nouveau que nous voulons mettre en place. 

Ces nouvelles solidarités existent un peu partout, mais il faut les soutenir. Elles sont  disséminées, fragmentées, et ne font pas encore système. Ce qui existe doit converger afin d'inventer de nouvelles manières de produire, de consommer, de se comporter et de vivre ensemble. C’est cela, la nouvelle résistance. 

La vidéo de présentation du CNRR




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Liberté

46 jours. Ça fait 46 jours qu’on est assignés, bouclés dans 3,1416 km², sans pouvoir frôler, toucher, embrasser, festoyer, jogger, bicycletter, surveillés par des policiers à pied, à cheval, à vélo, à moto, en auto, en hélico, épiés par des collabos... Y’a que d’aller bosser qui rend libre, chose au reste discutée depuis l’aube de l’humanité. Au moins, nous voilà à J-11 de la semi-liberté conditionnelle. Sauf que le gouvernement continue de bricoler son StopCovid d’apprenti sorcier. Alors là, geste barrière : Stop au StopCovid. Le confiné sur canapé, qui poste à qui veut sa vie privée sur son smartphone, doit cette fois dire non. Non à tous les virus de l’e-surveillance politique qui mutent vite en virus Xi Jinping que la dictature chinoise veut répandre dans les démocraties : il est déjà à Nice… Ne pas sacrifier la Liberté au besoin de sécurité qui se nourrit de toutes nos peurs est un bon sujet de réflexion et d'action pour les 220 jours de semi-liberté qui nous attendent sans doute d’ici le réveillon. Quand enfin on s’embrassera. Bonne Année ! La santé surtout. Et la Liberté. Peut-être...

Michel Rouger

30/04/2020

Nono












Partenaires