Demain, on change

21/05/2020

Les premiers pas du Conseil national de la nouvelle résistance



Infatigable Claude Alphandéry. Le grand résistant de la Seconde Guerre mondiale et militant de toujours de l'économie sociale et solidaire participe aujourd'hui, à 97 ans, à la création du Conseil national de la nouvelle résistance (CNNR). Lancé le 13 mai, le CNNR doit rendre ses premiers travaux le 27 mai lors de la journée nationale de la Résistance. 

"Il faut unir nos forces comme pendant la Résistance" explique Claude Alphandéry sur France Culture. Autres citations relevées par la radio en présentation de cette interview de 24 mn, 
Nous avons vu comment, par la solidarité, la pandémie a pu être contenue. C’est un exemple de ce que nous pouvons faire, dans un monde qui risque d’être invivable. Avec ce nouveau Conseil, nous voulons susciter la renaissance de cet esprit de solidarité. Il existe, en France, des milliers d’associations, d’entreprises sociales et solidaires, qui doivent être un noyau de ce système nouveau que nous voulons mettre en place. 

Ces nouvelles solidarités existent un peu partout, mais il faut les soutenir. Elles sont  disséminées, fragmentées, et ne font pas encore système. Ce qui existe doit converger afin d'inventer de nouvelles manières de produire, de consommer, de se comporter et de vivre ensemble. C’est cela, la nouvelle résistance. 

La vidéo de présentation du CNRR




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2






Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires