Demain, on change

06/05/2020

Vincent Lindon : "Comment ce pays si riche..."



Mediapart a recueilli une longue réflexion de Vincent Lindon, lue par lui face caméra, sur la pandémie. Fabrice Arfi, de la rédaction de Mediapart, écrit notamment ceci en introduction de ce texte "puissamment politique" dont on peut lire aussi la version écrite sur Mediapart : 

« "Spécialiste en rien, intéressé par tout", comme il se définit lui-même, Vincent Lindon cultive une parole publique rare que la crise insensée que nous vivons a libérée. Radicalement absent des réseaux sociaux – il n'est ni sur Facebook, ni sur Twitter, ni Instagram, ni nulle part de ce genre –, le comédien a décidé de confier à Mediapart une longue réflexion, lue face caméra chez lui, sur ce que la pandémie révèle du pays qui est le nôtre, la France, sixième puissance mondiale empêtrée dans le dénuement (sanitaire), puis le mensonge (gouvernemental) et désormais la colère (citoyenne).
(...)
 C’est, en d'autres termes, un citoyen total, qui veut apprendre pour comprendre, comprendre pour juger, juger pour proposer, avec un objectif : ne pas en rester là. Afin que le monde d’après ne soit pas celui des idées d’avant qui ont concouru à cette perte que la pandémie fait ressentir à chacun de nous, bien sûr à des degrés divers, jusque dans son intimité confinée. »


 



1.Posté par Gerard le 18/06/2020 00:09
Bonsoir
Comment peux t’on se procurer ce magnifique texte écrit .?
Avec mes remerciements et tout mon respect envers Mediapart et Vincent Lindon
Merci
Bien Cordialement
Jean Marie GERARD

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2






Le billet de la semaine

​Séparatisme


Séparez les ! Avec le projet de loi contre le séparatisme arrivé lundi devant les députés, le pays de la laïcité est reparti depuis l'automne dans une guerre des religions, son démon favori, sachant que le camp ultra-laïque a lui aussi ses dogmes, ses clercs et ses inquisiteurs. C'est surtout lui qui exhale chaque semaine un peu plus une désagréable odeur d'intolérance, celle qui nourrit les extrémismes que l'on prétend combattre, cette fois l'islamisme radical. Certaines attaques rappellent les vieilles outrances. Le ministre Blanquer accuse les universités d'islamo-gauchisme comme Clémenceau traitait Briand et Jaurès de « socialos-papalins ». Heureusement, en 1905, les deux grands négociateurs et pacificateurs ont gagné la bataille, celle de la liberté. Pas facile d'être à leur hauteur, plus simple de rester à celle d'un Sarkozy. 

Michel Rouger
separatisme.mp3 Séparatisme.mp3  (1.45 Mo)


19/01/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires