Demain, on change

24/04/2020

Plutôt la solidarité que la philanthropie



Jean-Louis Laville : "La philanthropie est ringarde"
Jean-Louis Laville : "La philanthropie est ringarde"

« La solidarité est une notion négligée. Elle a été remplacée par la philanthropie qui se nourrit de l'augmentation des inégalités » précise Jean-Louis Laville dans « Carnets de solutions » sur France Inter le 23 avril 2020. Cette solidarité peut être organisée par les gens, basée sur l'entraide, jusqu'à aujourd'hui, un peu méprisée. L'autre solidarité, organisée par les pouvoirs publics est nécessaire pour une péréquation entre groupes sociaux et territoires.

Pour JL Laville « la philanthropie est ringarde ». D'autres appelleraient ça "faire la charité". Dans ce temps de mobilisation générale, les exemples ne manquent pas pour prouver qu’un engagement nouveau et fort est en train de naître. Il pourrait être le moteur d’une grande réconciliation entre les citoyens et les acteurs publics.


J.F.B.
 

Référence en Économie sociale et solidaire, Jean-Louis Laville, est professeur du Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris (Cnam), où il est titulaire de la Chaire « Économie Solidaire »


 

jl_laville.mp3 JL Laville.mp3  (2.52 Mo)





1.Posté par AMBLARD le 03/05/2020 12:11
Cher Monsieur Laville

Nous prenons attache avec vous dans le cadre de l’Institut ISBL (association L. 1901) dont la vocation est de « promouvoir l’entrepreneuriat associatif (et l’ESS) comme force de transformation sociale » (voir doc. ci-joint).

Cet organisme d’intérêt général a été créé en 2013 et fonctionne principalement à partir de publications gratuitement accessibles sur son site internet : www.institut-isbl.fr

Aujourd’hui, ce site est visité par plus de 500.000 internautes par an et notre newsletter mensuelle compte près de 15.000 abonnés.

Dans cette optique, nous souhaitons encore renforcer notre équipe d’experts afin de constituer un « Think Tank » véritablement capable de préparer « la métamorphose » (E. Morin).

Notre démarche consiste à conceptualiser et/ou proposer des solutions alternatives en vue d’impulser un changement profond dans notre système politique et économique actuel.

C’est à ce titre que nous vous avons identifié parmi plusieurs autres personnalités de premier plan (actuellement sollicitées), au regard de votre connaissance de l’ESS, de vos convictions ainsi que de votre investissement personnel depuis de nombreuses années déjà dans cette démarche de changement.

Nous serions particulièrement heureux de vous voir rejoindre notre équipe rédactionnelle.

Il s’agirait notamment de rédiger entre 1 à 4 contenus rédactionnels par an (7.000 à 15.000 signes).

En contrepartie, nous nous engageons à promouvoir régulièrement votre actualité sur le site de l’Institut ISBL.

Pour plus de précisions et afin de connaître les modalités de votre éventuelle adhésion à notre projet, n’hésitez pas à nous contacter.

Mm Valentina RICCI, Déléguée générale de l’Institut ISBL, est en copie du présent email.

Restant à votre disposition.

Bien cordialement.

Colas AMBLARD

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Liberté

46 jours. Ça fait 46 jours qu’on est assignés, bouclés dans 3,1416 km², sans pouvoir frôler, toucher, embrasser, festoyer, jogger, bicycletter, surveillés par des policiers à pied, à cheval, à vélo, à moto, en auto, en hélico, épiés par des collabos... Y’a que d’aller bosser qui rend libre, chose au reste discutée depuis l’aube de l’humanité. Au moins, nous voilà à J-11 de la semi-liberté conditionnelle. Sauf que le gouvernement continue de bricoler son StopCovid d’apprenti sorcier. Alors là, geste barrière : Stop au StopCovid. Le confiné sur canapé, qui poste à qui veut sa vie privée sur son smartphone, doit cette fois dire non. Non à tous les virus de l’e-surveillance politique qui mutent vite en virus Xi Jinping que la dictature chinoise veut répandre dans les démocraties : il est déjà à Nice… Ne pas sacrifier la Liberté au besoin de sécurité qui se nourrit de toutes nos peurs est un bon sujet de réflexion et d'action pour les 220 jours de semi-liberté qui nous attendent sans doute d’ici le réveillon. Quand enfin on s’embrassera. Bonne Année ! La santé surtout. Et la Liberté. Peut-être...

Michel Rouger

30/04/2020

Nono












Partenaires