Demain, on change

27/04/2020

Le manifeste des scop : et si le « monde d’après » était déjà là !


Le réseau des scop lance un manifeste : et si le « monde d’après » était déjà là ! "Aujourd’hui tout le monde parle du « monde d’après ». C’est un bon début, mais après ? On fait quoi ?" Les Sociétés coopératives Scop et Scic ont déjà une petite idée de ce à quoi pourrait ressembler ce monde d’après.


Le manifeste lancé par les scop et les scic égrennent les propositions qui sont déjà au coeur de leurs organisations : 
« Dans le monde d’après, la performance d’une entreprise ne sera pas de maximiser une valeur boursière mais de pérenniser des emplois.
Dans le monde d’après, une entreprise n’appartiendra plus à quelques actionnaires mais majoritairement à ses salariés.
Dans le monde d’après, les salariés ne seront pas seulement informés mais participeront à la stratégie de l’entreprise.
Dans le monde d’après, la réussite ne sera pas individuelle mais elle sera collective.
Dans le monde d’après, les bénéfices ne seront pas au profit d’une minorité mais partagés équitablement avec tous les salariés.
Dans le monde d’après, l’innovation ne sera pas pensée au détriment des emplois, mais comme réponse aux défis sociétaux et environnementaux.
Dans le monde d’après, les entrepreneurs individuels ne seront pas seuls mais seront protégés et intégrés au sein d’un collectif.
Dans le monde d’après, l’argent ne sera pas une finalité en soi, mais un moyen au service de l’humain. »

 
Au coeur de l'économie sociale et solidaire
 
Depuis son origine, le réseau des scop accompagne la création, la reprise et la transformation d’entreprises sous forme Scop (Société coopérative de production) ou Scic (Société coopérative d’intérêt collectif). Il propose un service complet aux entrepreneurs : accueil, accompagnement dans la durée, financements, formations, échanges entre entrepreneurs, représentation auprès des Pouvoirs publics. Animé par la Confédération générale des Scop au plan national, le réseau des Scop est présent sur tout le territoire avec douze Unions régionales  et trois Fédérations de métiers  : BTP, communication, industrie. « Cela vous paraît peut-être utopique ? Irréaliste ? Lointain ? En réalité, pour nous, le monde d’après est déjà là. Depuis toujours, les Scop et les Scic innovent et agissent selon ces principes. Et si le monde d'après existait déjà dans le monde d'aujourd'hui ? »
 
T.R.
 
À lire ICI


Tags : ESS, Scic, Scop


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique
1 2


Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Liberté

46 jours. Ça fait 46 jours qu’on est assignés, bouclés dans 3,1416 km², sans pouvoir frôler, toucher, embrasser, festoyer, jogger, bicycletter, surveillés par des policiers à pied, à cheval, à vélo, à moto, en auto, en hélico, épiés par des collabos... Y’a que d’aller bosser qui rend libre, chose au reste discutée depuis l’aube de l’humanité. Au moins, nous voilà à J-11 de la semi-liberté conditionnelle. Sauf que le gouvernement continue de bricoler son StopCovid d’apprenti sorcier. Alors là, geste barrière : Stop au StopCovid. Le confiné sur canapé, qui poste à qui veut sa vie privée sur son smartphone, doit cette fois dire non. Non à tous les virus de l’e-surveillance politique qui mutent vite en virus Xi Jinping que la dictature chinoise veut répandre dans les démocraties : il est déjà à Nice… Ne pas sacrifier la Liberté au besoin de sécurité qui se nourrit de toutes nos peurs est un bon sujet de réflexion et d'action pour les 220 jours de semi-liberté qui nous attendent sans doute d’ici le réveillon. Quand enfin on s’embrassera. Bonne Année ! La santé surtout. Et la Liberté. Peut-être...

Michel Rouger

30/04/2020

Nono












Partenaires