Vu, lu, entendu...

06/03/2011

L'histoire ordinaire de Léopoldine, de Saint-Malo


« Ce roman est celui du destin extraordinaire d’une femme ordinaire », annonce l’éditeur Pascal Galodé. De son côté, l’auteur, Michèle FOULAIN, s’inscrit dans une lignée de femmes de Saint Malo au « caractère bien trempé ». Il n’en fallait pas plus pour me donner envie de lire « À l’ombre des remparts ».


L'histoire ordinaire de Léopoldine, de Saint-Malo
En 180 pages, d’une écriture simple, classique, dans un style parfois un peu naïf, Michèle FOULAIN nous raconte la vie de Léopoldine et de ses quatre enfants. Fille de marin pêcheur –Terre Neuva - Léopoldine, à 16 ans, épouse par amour Jean Marie, chirurgien dentiste. La famille de celui-ci – de grande bourgeoisie malouine – ne reconnaîtra jamais la « mésalliance ».

Peu importe, le couple est libre et le métier de Jean Marie leur assure une vie sans souci. Le bonheur familial, un plaisir d’amour toujours intact depuis le premier soir où Léopoldine eut le sentiment d’être « accrochée au plafond » par Jean Marie ; une histoire de vie ordinaire qui deviendrait vite mièvre si l’Histoire avec un grand H ne les rattrapait pas. Le destin de Léopoldine bascule quand Jean Marie – appelé en 1916 - est tué au front.
 
 Ce roman nous présente une « figure de femme » moderne : indépendante, industrieuse, s’embarrassant peu des conventions religieuses ou sociales, mère, femme, entrepreneur, résistante quand il le faut, généreuse sans ostentation bourgeoise… 
 
Les combats de Léopoldine ne sont pas « sociaux » mais individuels. Elle se bat au quotidien pour vivre, réussir sa vie, à l’échelle de la famille,  de la ville enserrée dans ses remparts ou ouverte au grand large,  des solidarités amicales ou de voisinage. La société, l’actualité politique ou sociale ne sont jamais présents, jamais pressentis… sauf quand, à deux reprises dans sa vie, l’Histoire surgit et met à bas le bel édifice : deux guerres, la perte du mari, du fils ainé, du gendre,  à chaque fois faire face pour survivre, résister, remonter la pente, accompagner, entrainer les proches… 

Bien sûr on est loin des grands romans sociaux ou historiques et pourtant, autant dans ce qu’elle dit que dans ce qu’elle ne dit pas, Michèle FOULAIN nous apprend quelque chose sur l’histoire ordinaire, à l’ombre des remparts de Saint Malo, dans la première partie du XX° siècle. 

Pour découvrir l’histoire de gens ordinaires tels que nous voulons les promouvoir ici, il est intéressant de fréquenter  des éditeurs enracinés en région. En éditant ce premier roman, Les éditions Pascal Galodé de Saint Malo,  nous le prouvent.  On trouve "À l'ombre des rempart" dans toutes les bonnes librairies, en ligne ou en ville...

Alain JAUNAULT.








Le billet de la semaine

​Que d'histoires...


Jeudi soir 18 septembre 2010. Un clic et Marcelle, Simon, Francis,  Magali, Vincent... se retrouvent soudain sur le net, partageant passions et combats, idées et énergie. Ils, elles, ont 22 à 88 ans, sont retraité.e.s de La Poste, fermier écolo, éducateur, cheffe d'entreprise, étudiant. Leurs histoires, ordinaires et si peu banales, sont les premières d'une longue série : 478 exactement dix ans plus tard sur le webmagazine, les blogs, les livres, le webdoc. Des centaines de milliers de lecteurs sont passés, se sont arrêtés sur l'une ou l'autre, y ont puisé des moyens pour surmonter le désenchantement ambiant, leur sentiment d'impuissance, imaginer, créer déjà un monde un peu meilleur. Alors, bien sûr, on va continuer. Ces dix ans sont une étape. Un travail est engagé pour consolider économiquement le projet pour le transmettre dans les années prochaines à une génération plus jeune. Cette fois encore, les lectrices et lecteurs, devenus sociétaires, nous y aideront. Et contre les virus qui accablent les humains, Histoires Ordinaires va continuer avec tant d'autres à propager le meilleur des vaccins, l'engagement.

Michel Rouger
vocal_001_13.mp3 Vocal 001.mp3  (695.58 Ko)


19/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires