Vu, lu, entendu...

28/05/2015

À lire : « Absence injustifiée" de Caroline Troin



À lire : « Absence injustifiée" de Caroline Troin
Caroline Troin, dont les lecteurs d'Histoires Ordinaires ont pu apprécier le regard et l'écriture dans cette rencontre avec Habiba Djahnine, publie aujourd'hui « Absence injustifiée », un livre rassemblant vingt-huit nouvelles sur le thème, comme le nom l'indique, de l'absence qu'elle approche sans sentimentalisme, dans ce qu'elle appelle en sous-titre de l'ouvrage, un « Carnet de voyages sucrés-salés ». L'éditeur, Locus Solus, le présente ainsi  : 

Au croisement de routes inattendues, sur les pistes marocaines ou au fond d’un port atlantique, ce livre dit la beauté de la rencontre. Et la force de son corollaire, la perte. Car l’absence est un fil rouge dans ces textes entre intimité et grand dehors. Celle des proches envolés trop tôt, celle de l’écrivain si souvent en voyage, qui fait rimer Bretagne et infinie complexité du monde. Dans une langue neuve, l’engagement à fleur de peau se fait tendre et mélancolique. La nostalgie pointe, la dérision aussi. Le cynisme n’a pas cours. 

L'ouvrage est préfacé par l’écrivain, traducteur et éditeur François Maspero, décédé en avril dernier (voir notre blog Rebelles non violents) avec lequel Caroline Troin a eu le bonheur de sympathiser en 2008 au Festival de Douarnenez dont elle était alors  la directrice. Elle lui avait remis quelques nouvelles qu'il a beaucoup aimées : « Un des dons de Caroline, écrit-il dans la préface,  est de n’avoir jamais oublié son enfance (…), l’enfance de l’étonnement devant ce qu’est la réalité du monde, un étonnement qui peut passer très vite, dès la première jeunesse, à l’indignation et à la révolte. »

Absence injustifiée de Caroline Troin, Éditions Locus Solus, 160 pages, 12,50 €.








Le billet de la semaine

​Democratic Circus


Tombera, tombera pas ? Les citoyens de cette Terre vont-ils devoir assister quatre ans encore aux calembredaines et agressions du politicien le plus puissant et le plus foutraque du monde ? Le suspense grandit à trois semaines du scrutin d'autant que Trump ne quittera pas facilement la piste, sa sortie pourrait même se révéler interminable et explosive. En fait, tout est possible tant le système électoral américain est peu démocratique. Au terme d'une campagne comme d'habitude crapoteuse et noyée sous les dollars, il n'est pas impossible que le suffrage universel soit de nouveau bafoué. En 2000, le démocrate Al Gore,  défenseur du climat, avait gagné mais c'est le républicain Bush le cruche, pyromane au Moyen-Orient, qui avait été élu. En 2016, Trump, bien que battu de 2,7 millions de voix, a gagné. Quoi qu'il arrive, la Trump Parade finale dira beaucoup de l'état de la démocratie outre Atlantique.

Michel Rouger
vocal_001_9.mp3 Vocal 001.mp3  (550.45 Ko)


14/10/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires