28/05/2015

À lire : « Absence injustifiée" de Caroline Troin



À lire : « Absence injustifiée" de Caroline Troin
Caroline Troin, dont les lecteurs d'Histoires Ordinaires ont pu apprécier le regard et l'écriture dans cette rencontre avec Habiba Djahnine, publie aujourd'hui « Absence injustifiée », un livre rassemblant vingt-huit nouvelles sur le thème, comme le nom l'indique, de l'absence qu'elle approche sans sentimentalisme, dans ce qu'elle appelle en sous-titre de l'ouvrage, un « Carnet de voyages sucrés-salés ». L'éditeur, Locus Solus, le présente ainsi  : 

Au croisement de routes inattendues, sur les pistes marocaines ou au fond d’un port atlantique, ce livre dit la beauté de la rencontre. Et la force de son corollaire, la perte. Car l’absence est un fil rouge dans ces textes entre intimité et grand dehors. Celle des proches envolés trop tôt, celle de l’écrivain si souvent en voyage, qui fait rimer Bretagne et infinie complexité du monde. Dans une langue neuve, l’engagement à fleur de peau se fait tendre et mélancolique. La nostalgie pointe, la dérision aussi. Le cynisme n’a pas cours. 

L'ouvrage est préfacé par l’écrivain, traducteur et éditeur François Maspero, décédé en avril dernier (voir notre blog Rebelles non violents) avec lequel Caroline Troin a eu le bonheur de sympathiser en 2008 au Festival de Douarnenez dont elle était alors  la directrice. Elle lui avait remis quelques nouvelles qu'il a beaucoup aimées : « Un des dons de Caroline, écrit-il dans la préface,  est de n’avoir jamais oublié son enfance (…), l’enfance de l’étonnement devant ce qu’est la réalité du monde, un étonnement qui peut passer très vite, dès la première jeunesse, à l’indignation et à la révolte. »

Absence injustifiée de Caroline Troin, Éditions Locus Solus, 160 pages, 12,50 €.







Le billet de la semaine

Poison


La Justice a enfin tranché. Les laboratoires Servier sont condamnés. Pour la mort de 1 500 à 2 000 personnes empoisonnées par le Mediator et pour les souffrances infligées à des milliers d’autres, ils devront verser quelques heures de leur chiffre d’affaires. Quant aux dirigeants, cadres ou experts accusés, ils sont repartis libres avec leurs gardes du corps dans leurs voitures aux vitres teintées. Plus clément que la procureure, le tribunal leur a épargné la prison ferme. Dans la France du XXIe siècle, les juges, qui envoient le petit peuple à tour de bras dans des prisons indignes, restent pétrifiés à l’idée d’enfermer un puissant dans une cellule aménagée. Inébranlable justice de classe. Un vrai poison dans une société déjà peu confiante envers ses institutions. Pour rattraper l’iniquité, reste plus qu’à décider d’un plan médiator transformant la prison ferme en prison avec sursis pour les milliers de détenus non condamnés pour homicides involontaires. 

Michel Rouger
20210401_poison.mp3 20210401 Poison.mp3  (1.11 Mo)


31/03/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires