Vu, lu, entendu...

28/05/2015

À lire : « Absence injustifiée" de Caroline Troin



À lire : « Absence injustifiée" de Caroline Troin
Caroline Troin, dont les lecteurs d'Histoires Ordinaires ont pu apprécier le regard et l'écriture dans cette rencontre avec Habiba Djahnine, publie aujourd'hui « Absence injustifiée », un livre rassemblant vingt-huit nouvelles sur le thème, comme le nom l'indique, de l'absence qu'elle approche sans sentimentalisme, dans ce qu'elle appelle en sous-titre de l'ouvrage, un « Carnet de voyages sucrés-salés ». L'éditeur, Locus Solus, le présente ainsi  : 

Au croisement de routes inattendues, sur les pistes marocaines ou au fond d’un port atlantique, ce livre dit la beauté de la rencontre. Et la force de son corollaire, la perte. Car l’absence est un fil rouge dans ces textes entre intimité et grand dehors. Celle des proches envolés trop tôt, celle de l’écrivain si souvent en voyage, qui fait rimer Bretagne et infinie complexité du monde. Dans une langue neuve, l’engagement à fleur de peau se fait tendre et mélancolique. La nostalgie pointe, la dérision aussi. Le cynisme n’a pas cours. 

L'ouvrage est préfacé par l’écrivain, traducteur et éditeur François Maspero, décédé en avril dernier (voir notre blog Rebelles non violents) avec lequel Caroline Troin a eu le bonheur de sympathiser en 2008 au Festival de Douarnenez dont elle était alors  la directrice. Elle lui avait remis quelques nouvelles qu'il a beaucoup aimées : « Un des dons de Caroline, écrit-il dans la préface,  est de n’avoir jamais oublié son enfance (…), l’enfance de l’étonnement devant ce qu’est la réalité du monde, un étonnement qui peut passer très vite, dès la première jeunesse, à l’indignation et à la révolte. »

Absence injustifiée de Caroline Troin, Éditions Locus Solus, 160 pages, 12,50 €.







Le billet de la semaine

​Séparatisme


Séparez les ! Avec le projet de loi contre le séparatisme arrivé lundi devant les députés, le pays de la laïcité est reparti depuis l'automne dans une guerre des religions, son démon favori, sachant que le camp ultra-laïque a lui aussi ses dogmes, ses clercs et ses inquisiteurs. C'est surtout lui qui exhale chaque semaine un peu plus une désagréable odeur d'intolérance, celle qui nourrit les extrémismes que l'on prétend combattre, cette fois l'islamisme radical. Certaines attaques rappellent les vieilles outrances. Le ministre Blanquer accuse les universités d'islamo-gauchisme comme Clémenceau traitait Briand et Jaurès de « socialos-papalins ». Heureusement, en 1905, les deux grands négociateurs et pacificateurs ont gagné la bataille, celle de la liberté. Pas facile d'être à leur hauteur, plus simple de rester à celle d'un Sarkozy. 

Michel Rouger
separatisme.mp3 Séparatisme.mp3  (1.45 Mo)


19/01/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires