Vu, lu, entendu...

À lire : « Un château en Bretagne »


18/06/2015



À lire : « Un château en Bretagne »
Les histoires singulières sont souvent le meilleur chemin pour mieux connaître un pays. « Un château en Bretagne » de Bernard Boudic est de celles-là. En nous transportant dans l'histoire du domaine de Plaçamen, dans le Finistère, depuis la Révolution de 1789, l'auteur nous fait percevoir le basculement mental survenu dans ce pays du bout du monde. Alors que la gauche détient le pouvoir depuis trente ans, il est important de saisir ou de se rappeler à quel point la Bretagne était ancrée dans une tradition féodale et catholique qui la fit résister longtemps à la République.

L'auteur est un journaliste de talent doublé ici d'un historien rigoureux. Il a une troisième qualité et pas la moindre : Plaçamen a été son univers. Il y a grandi. Ses parents, le père au jardin, la mère sur tous les fronts du quotidien, ont régné sur le domaine durant trente-trois ans lors des longues absences des propriétaires. De Plaçamen, son âme et son histoire, Bernard Boudic connaît tous les recoins. Une visite à ne pas manquer.

Un château en Bretagne, de Bernard Boudic, 232 p, Éditions Coop Breizh, 24,90 €.    
 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​2018, la révolte

2018 s'achève et il en restera surtout, non pas la victoire de footballeurs millionnaires, mais la révolte des invisibles qui, soudain, n'ont plus supporté de courber l'échine devant les inégalités brutales économiques et sociales imposée par le pouvoir absolu de l'argent. Il y a cinquante ans, la révolte ouvrière et étudiante contre une société archaïque inaugurait quinze années de transformations profondes, notamment la libération des femmes. Après les “évènements de 68”, les “évènements de 2018” ? La révolte des Gilets Jaunes, largement soutenue par l'opinion, peut-elle annoncer un nouveau moment historique où la réduction des inégalités et la défense de la planète, devenues clairement indispensables et indissociables, seraient devenues priorités politiques ? C'est possible mais il faudra cette fois dominer les démons qui se sont réveillés, ceux de la droite extrême qui rêve, dans tout l'Occident en crise, de ramasser la mise...

Michel Rouger

13/12/2018

Nono