Vu, lu, entendu...

20/09/2012

HOME, le dernier livre de Toni Morrison



HOME, le dernier livre de Toni Morrison
Toni Morrison a des thèmes de prédilection : la violence raciste et les dégâts qu'elle provoque sur le psychisme des personnages, l'exploration du quotidien des noirs avec leurs espoirs et leurs drames, la solidarité des femmes entre elles, à cela s'ajoute avec " Home " une quête initiatique pour sortir de la ségrégation raciale et trouver l'apaisement : Franck Money, soldat démobilisé de l'"action policière" de Corée, rentre chez lui et tente de retrouver ses repères dans l'Amérique des années 50. Sa nouvelle bataille : sauver sa jeune soeur en danger de mort. Mais comment ne pas être violent - alors que la guerre lui a si bien appris à le devenir - dans une société si injuste et discriminatrice ? 

Interrogée par Nathalie Crom de Télérama dans son numéro du 22 août, Toni Morison confie à propos du livre : « Je voulais raconter le processus par lequel on devient un homme. Pour mieux dire : un être humain. Car devenir un homme, ce n'est pas suffisant. Devenir un être humain, voilà ce qui est important. C'est plus difficile et ça demande plus de force et de bravoure. C'est un processus où n'intervient pas seulement la capacité à se défendre, à faire la guerre, à tuer s'il le faut, donc l'exercice de la violence, mais au contraire et plus fondamentalement la capacité à prendre soin d'autrui. La compassion. Le souci de l'autre. Il me semble que les femmes y parviennent mieux que les hommes - vraiment je le crois. »
 
 

Enfin chez eux

Home, c'est le retour à la maison, la vraie maison pour ce jeune noir : pas l'Afrique des ancêtres, non, mais les Etats-Unis d'Amérique. Ce périple qu'il entame pour sauver sa soeur des mains d'un eugéniste blanc et fou, c'est la possibilité de dépasser sa haine et sa rage contre une société qu'il veut différente. Cette quête porte en germe le futur mouvement des droits civiques. Mais n'est-ce pas aussi le retour à la maison que symbolise l'élection d'Obama ? Les afro-américains sont enfin chez eux.
 
 
HOME, le dernier livre de Toni Morrison

Le personnage et son double

Home, c'est aussi un dialogue entre l'auteure et son personnage. Après chaque chapitre, Frank Money intervient et donne son avis, raconte ses faux-fuyants, ses interprétations de la réalité. Petit à petit, il va prendre le contrôle de son histoire et enfin nous révéler son secret sur lequel il n'avait pas réussi à mettre les mots. 

Toni Morrison crée un double personnage, l'un vu par la narratrice, l'autre vu par lui-même. Elle nous met en position de choix pour regarder autrement l'histoire, la grande - celle qu'on doit subir - et la petite, la nôtre qui s'enchevêtre avec la grande. « C'est faire apparaître les gens ordinaires qui ne sont pas dans les livres d'histoire. Créer des personnages et, à travers eux, tenter de donner, non pas à voir, mais littéralement à sentir ce qu'ont éprouvé intimement les individus, ce qu'ils ont enduré, en des époques dont on a oublié ou négligé la face sombre. » explique-t-elle à la journaliste de Télérama.
 

HOME, le dernier livre de Toni Morrison

Slade

Home, c'est aussi Slade, un mot, un seul, au milieu de la page de garde, Slade, le nom de son fils, décédé d'un cancer en 2010, cinq lettres pour dire la profondeur de la douleur et de la perte de l'être cher.

Invitée d’honneur du festival America du 20 au 23 septembre à Paris, Toni Morisson, 81 ans, premier prix Nobel de littérature afro-américain en 1993, a reçu la médaille présidentielle de la Liberté des mains du Président Obama, en mai dernier.

Marie-Anne Divet
 









Le billet de la semaine

​Les Réseaux


Donc, en cette bonne année 2021, les Réseaux régnant sur l'Humanité ont lâché le trump, le monstre qu'ils ont porté en 2016 à la tête des États-Unis puis ravitaillé durant quatre ans par leurs tout-à-l'égout d'outrances et d'informations fausses. Aux portes du Capitole, à la dernière minute de sa tentative de coup d'État fomentée depuis des mois, ils l'ont lâché. Des défenseurs de la liberté comme ça, mieux vaut s'en protéger ! Pour inciter les gouvernants des pays encore libres à reprendre le contrôle en brisant leurs monopoles, il faudrait que les citoyens cessent d'être des Gafeurs, reprennent eux-même le contrôle de leur propre vie. Ne cèdent plus leurs comportements, leur cerveau, leur liberté pour le plaisir de quelques libertés factices à cette oligarchie marchande destructrice de la démocratie - et de la Planète par son cloud et ses matériels -. On peut encore user librement des immenses ressources d'internet. Se désintoxiquer, dégoogliser, désapple-iser, désamazoniser... 

Michel Rouger
voix_001_les_reseaux.mp3 Voix 001 Les réseaux.mp3  (2.2 Mo)


14/01/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires