Vu, lu, entendu...

30/05/2013

Un abécédaire du parler à l'arsenal de Brest



Un abécédaire du parler à l'arsenal de Brest
Gérard Cabon est un pur ti zef. Il est entré apprenti à l'arsenal de Brest et y a fait toute sa carrière, comme son père. Au fil de toutes ces années, il a bossé, lutté... et écrit sur son carnet les expressions uniques des ouvriers brestois. Poussé par ses amis, il en a fait un ouvrage sous forme d'abécédaire où les mots prennent une couleur supplémentaire dans les dessins de Nono. Ces deux-là ne pouvaient que faire tandem un jour... 

Erik Orsenna commente bien la nature de l'ouvrage dans la préface : « Il se trouve, dit-il, que les ouvriers qui, par milliers, travaillent dans cette ville du dessous, ont au fil des jours et des années fini par inventer un langage. Un langage pour donner de la couleur au quotidien dans cette immense caverne. Et de l'humour à la gravité du travail. Un langage savoureux, pertinent, aigu, imaginatif, pleins d'inventions et d'autodérision. »

Abécédaire du parler de l'arsenal, Éditions Dialogues, 120 pages, 15 €.





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Retraitons

65 articles, 22 000 amendements… En ce moment, douze heures par jour, les députés de la commission retraite traitent et retraitent la réforme des retraites avant que l’Assemblée à partir du 17 février, traite et retraite derechef la réforme des retraites sachant que personne ne veut battre en retraite... Jeux de mots faciles ? Oui, et indécents tant les inégalités sont et resteront au cœur du système. Mais n’est-ce pas cela qui caractérise cette réforme et bien d’autres gestes politiques en ce moment : un jeu de mots. On joue avec les mots, on se paye de mots. Quand le fleuve de mots du "Grand débat"  finit perdu dans les sables, quand la promesse présidentielle d’une société plus humaine est étouffée par les violences policières, quand les actes révèlent l’imposture d’un projet "et de droite et de gauche", quand chaque réforme dite juste se révèle injuste, les mots perdent leur sens, la confusion règne. Difficile alors pour l’opinion d’adhérer à cette réforme des retraites, quoi que fassent les députés jusque tard dans la nuit.

Michel Rouger

06/02/2020

Nono












Partenaires