Vu, lu, entendu...

26/06/2014

En librairie : la conquête de l'Ouest vue par Céline Minard



En librairie : la conquête de l'Ouest vue par Céline Minard
Les mêmes personnages et les mêmes décors qui, dans toutes les épopées, nous racontent la conquête de l’Ouest : ses cow-boys, des indiens, des voleurs de chevaux, des chariots dans la plaine, des danseuses de saloon et des migrants, bien portants et mourants, qui se retrouvent, plus ou moins par hasard dans une ville champignon sortie de nulle part.
 
Les codes du genre et les clichés sont tous là : nous avons droit à une attaque de diligence, à un saloon/bordel tenu par une maquerelle, à des chinois blanchisseurs, des buveurs de whisky bon marché, etc. 
 
Pourtant l'image mythique du western ne cesse d'être mise à mal dans ce récit qui trouve ses fondements dans les rapports humains. Céline Minard, l’auteure, nous conte la naissance d'un monde neuf, dont les personnages sont portés par l’espoir d’une vie meilleure et où chacun aura sa chance, quel que soit son turbulent passé. 
 
Son écriture magnifique et redoutable de précision, restitue les ambiances, comme si on y était : les odeurs, les couleurs, les émotions des personnages, les rythmes. Un roman palpitant, successivement rapide comme une balle ou lent comme l'avancée d’un chariot tracté par des boeufs, mais aussi un hymne à la nature sauvage porté par un souffle continu.

Dominique Crestin


« Faillir être flingué » de Céline Minard - Editions Payot et Rivages 2013. 20 €.
 








Le billet de la semaine

​Séparatisme


Séparez les ! Avec le projet de loi contre le séparatisme arrivé lundi devant les députés, le pays de la laïcité est reparti depuis l'automne dans une guerre des religions, son démon favori, sachant que le camp ultra-laïque a lui aussi ses dogmes, ses clercs et ses inquisiteurs. C'est surtout lui qui exhale chaque semaine un peu plus une désagréable odeur d'intolérance, celle qui nourrit les extrémismes que l'on prétend combattre, cette fois l'islamisme radical. Certaines attaques rappellent les vieilles outrances. Le ministre Blanquer accuse les universités d'islamo-gauchisme comme Clémenceau traitait Briand et Jaurès de « socialos-papalins ». Heureusement, en 1905, les deux grands négociateurs et pacificateurs ont gagné la bataille, celle de la liberté. Pas facile d'être à leur hauteur, plus simple de rester à celle d'un Sarkozy. 

Michel Rouger
separatisme.mp3 Séparatisme.mp3  (1.45 Mo)


19/01/2021

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires