Vu, lu, entendu...

Gaz de schiste, le compte n'y est pas !


06/10/2011

La nouvelle de l'abrogation de trois permis d'exploitation du gaz de schiste par la société Total marque-t-elle la victoire de ceux qui se sont mobilisés ? Un article d'OWNI décripte la situation.




Gaz de schiste, le compte n'y est pas !
« En décidant d’abroger seulement trois permis d’exploration d’hydrocarbures dans le Sud de la France», déclare d'emblée Owni, Nicolas Sarkozy est loin de fermer la porte aux gaz de schiste. »

Pour trois permis abrogés pour Total qui visaient explicitement l'exploitation des gaz de schiste, "61 autres permis d’exploration gaziers et pétroliers restent en vigueur en France. Ils ouvrent la voie aux gaz de schiste et autres hydrocarbures non conventionnels"A suivre sur le site d'OWNI

Ainsi la situation n'est toujours pas clarifiée pour les militants et les élus du parc du Lubéron ou de la vallée du Verdon rencontrés par le reporter d'Histoires Ordinaires en juin dernier.

    A lire ou à relire "Françoise et Bernard n'aiment pas cette vilaine odeur de ga z"

A voir ou revoir, le combat des militants et des élus du Parc du Lubéron







Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Le couple diabolique

Increvables, le néolibéralisme et le vieux nationalisme dansent ensemble en Europe depuis trente ans. Le premier précarise les salariés, impose de nouveaux servages, oppose l'individu au collectif et le consommateur au citoyen, dérègle le climat et empoisonne le vivant : c'est tout bénéficie pour le second qui exploite le désarroi, racornit les esprits, vend ses mensonges et illusions. Aujourd'hui, le couple, décidé à régner encore plus sur le Vieux Continent, tente une nouvelle escroquerie aux élections européennes du 26 mai :  faire croire que seul l'un peut stopper l'autre. Contre la liste Le Pen, votez Macron. Contre la liste Macron, votez Le Pen. C'est tragique. Et absurde : la majorité au Parlement européen va se jouer comme d'habitude entre la droite  et la gauche. Pour les électeurs, par exemple, qui ont envie d'une Europe sociale, écologique et démocratique, il est nécessaire de faire passer le maximum de listes de gauche au-dessus de 5%, le seuil pour avoir des députés. Nécessaire de voter pour freiner, sinon stopper, le duo diabolique.  

Michel Rouger

16/05/2019

Nono