Vu, lu, entendu...

06/10/2011

Gaz de schiste, le compte n'y est pas !


La nouvelle de l'abrogation de trois permis d'exploitation du gaz de schiste par la société Total marque-t-elle la victoire de ceux qui se sont mobilisés ? Un article d'OWNI décripte la situation.



Gaz de schiste, le compte n'y est pas !
« En décidant d’abroger seulement trois permis d’exploration d’hydrocarbures dans le Sud de la France», déclare d'emblée Owni, Nicolas Sarkozy est loin de fermer la porte aux gaz de schiste. »

Pour trois permis abrogés pour Total qui visaient explicitement l'exploitation des gaz de schiste, "61 autres permis d’exploration gaziers et pétroliers restent en vigueur en France. Ils ouvrent la voie aux gaz de schiste et autres hydrocarbures non conventionnels"A suivre sur le site d'OWNI

Ainsi la situation n'est toujours pas clarifiée pour les militants et les élus du parc du Lubéron ou de la vallée du Verdon rencontrés par le reporter d'Histoires Ordinaires en juin dernier.

    A lire ou à relire "Françoise et Bernard n'aiment pas cette vilaine odeur de ga z"

A voir ou revoir, le combat des militants et des élus du Parc du Lubéron






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono