Vu, lu, entendu...

18/04/2013

Tous les accordeurs, toutes les accordeuses...




Tous les accordeurs, toutes les accordeuses...

Leur nom fleure bon le Québec. Les Accorderies sont effectivement née sur les rives du Saint Laurent en 2002.

« Concrètement, apprend-on sur le site qui leur est consacré (l'accorderie, échanger et coopérer ), un Accordeur effectue, par exemple, une heure de dépannage informatique et se voit attribuer un crédit de temps qu’il peut ensuite utiliser comme bon lui semble pour obtenir l’un des services proposés par d’autres Accordeurs de son quartier. »


Ce concept est proche de celui des réseaux d'échanges réciproques de savoirs, mais étend la nature des échanges à une large gamme de services.
 

En France, l’implantation progressive de ce concept commence, en 2011, par le démarrage de deux Accorderies, à Paris (19ème arrondissement) et à Chambéry (Savoie).

 

Plongez au cœur d'une Accorderie en visionnant cette courte vidéo « Le temps, une richesse » (2012).
 

 Des nouvelles fraiches sur les dernières accorderies ouvertes en France  
 







Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono