Vu, lu, entendu...

17/10/2015

« Novlangue : le vrai fardeau de la dette »




Altermondes s’attaque à la langue de bois, à la "novlangue" qui manipule aujourd'hui les esprit. « Les mots que nous utilisons en disent souvent plus que le sens que nous voudrions leur donner, certains finissent même par faire écran de fumée à la réalité qu’ils prétendent décrire. Il en faudrait des bûcherons pour abattre toute cette langue de bois. » 

Franck Lepage, créateur des conférences gesticulées et fervent militant de l’éducation populaire, s’est attelé à la tâche avec son compère Philippe Merlant, journaliste, co-auteur de Médias : la faillite d’un contre-pouvoir (Fayard, 2009). Dans un texte et une courte vidéo, le duo, avec humour et des mots simples, s'attaque ici au discours sur la fameuse dette qui vise « surtout à générer de la culpabilité ».  « L’économie moderne, disent-ils notamment, a dénaturé le sens de la dette (...) nulle part les plans d’austérité imposés au prétexte de (la) rembourser n’ont réussi à la  réduire (...) Et si le vrai fardeau de la dette résidait dans ce système de croyance dont il faudrait pourtant se défaire. »  
 




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono