Vu, lu, entendu...

03/09/2015

Grand marché... et forte mobilisation transatlantiques



Des deux côtés de l'Atlantique, la mobilisation ne faiblit pas contre le fameux grand marché que veulent imposer aux États les grands lobbies de l'industrie et de la finance. Ce futur  « grand marché transatlantique » arbore des sigles différents : TAFTA - Trans Atlantic Free Trade agreement ; TTIP - Transatlantic Trade and Investment Partnership ou PTCI - Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement. Quoi qu'il en soit, il s'agit d'amplifier au maximum le traité de libre-échange liant déjà l'Union Européenne et les USA.

Comme tous les traités de libre-échange, il va supprimer des protections douanières contre des importations de marchandises, les marchés européen et américain vont se retrouver saturer de produits et de services déjà disponibles localement, mais les implications sont bien plus larges et plus graves, rappelle le site STOP TAFA, Non au grand marché transatlantique

 Ce traité, dit-il, « a pour ambition de redéfinir, hors de tout contrôle démocratique, les normes et les règles qui encadrent les échanges entre les deux rives de l’Atlantique, en les simplifiant au maximum pour les entreprises. Cela suppose le plus souvent une uniformisation ou une reconnaissance mutuelle des standards. Ces "standards", imposés par les multinationales déjà implantées en Europe et aux États-Unis, seront les moins exigeants possible afin de limiter les coûts. Tous les secteurs de la vie économique et sociale sont potentiellement concernés par ce projet d’accord de commerce et d’investissement : alimentation, santé, énergie, culture, services publics, régulation financière etc. Le danger pour les peuples européens est donc considérable. Leur capacité à décider de leur mode de vie est menacée par ce traité. S’il est adopté, les règles de vie sociales seront décidées en toute opacité et seront largement irréversibles. »

Le crayon géant de STOP TAFTA en campagne

Parmi les multiples actions de résistance, l’alliance européenne Stop TTIP, dans le cadre de son tour estival, prévoit étapes à travers la France métropolitaine pendant le mois de septembre ( voir le calendrier sur le site ). Un crayon gonflable de 4 m accompagne la tournée afin de poursuivre la collecte de signatures, pour l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE). Cette dernière a atteint aujourd’hui près de 2,5 millions de signataires et s’approche chaque jour davantage de sa cible des 3 millions d’ici le 6 octobre, date de clôture officielle.


 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​C’est la guerre

Tocsin. Mobilisation générale. "Nous sommes en guerre", a martelé six fois lundi soir le Président Chef des Armées. Tous aux abris ! Et bien entendu : on ne va pas, par désinvolture, filer la saloperie aux plus fragiles au risque qu’ils en meurent et d’aggraver la charge de travail des personnels soignants. Car l’ennemi pilonne durement nos services de santé inconsidérément fragilisés. Un peu comme nos bornés de généraux de 1914 avaient lancé des soldats en rouge/bleu horizon sous la mitraille allemande, nos gouvernants affaiblissent depuis des décennies nos hôpitaux. Avant que surgisse cette guerre, les héros célébrés aujourd’hui ont réclamé en vain des effectifs, des lits, des moyens suffisants. Ils se battaient depuis le 18 mars 2019, un an, impuissants comme nous tous devant la pandémie financière, dite parfois grippe américaine et en France CAC-40, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans celle du Covid-19. Mais regardons l’horizon. "Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause", a lancé lundi le chef de l’État. Après tout, après juin 40, il y eut mars 44, le programme du Conseil national de la Résistance, les Jours Heureux, la sécurité sociale pour tous, la solidarité collective. Ok, Général. En marche.

Michel Rouger
 

17/03/2020

Nono












Partenaires