Vu, lu, entendu...

26/03/2014

Opération « Requins 2014 » contre trois multinationales



Depuis le 15 mars, Attac et les Amis de la Terre organisent à travers la France une campagne « pour remettre à leur place trois des multinationales les plus prédatrices, Unilever, la BNP et la Société générale » : Unilever, qui licencie les ouvriers de Fralib à Marseille et refuse de soutenir leur coopérative ; BNP Paribas, qui détient le record du nombre de filiales dans les paradis fiscaux ; la Société Générale engagée dans Alpha Coal, ce projet de mine de charbon en Australie qui contribuerait à la destruction irréversible de la Grande Barrière de Corail et à une lourde émission de CO2. 
 
La campagne « Requins 2014 » permet à chacun d'agir localement en utilisant un « Kit Requins » (autocollants, matériel d’éducation populaire, vidéos…) mais aussi, disent les organisateurs, « en discutant avec les voisins, les collègues, les passants, la presse locale. En menant avec eux des actions symboliques et ludiques dans les supermarchés, les agences bancaires et sur les places publiques. »
 








Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires