Vu, lu, entendu...

25/03/2012

Multinationales : les « Prix de la honte »



Multinationales : les « Prix de la honte »
Depuis 13 ans, Green Peace Suisse et la Déclaration de Berne décernent à Davos les « Prix de la honte ». Les entreprises présentes au Forum sont pointées du doigt : pas n'importe lesquelles. Celles qui se font du profit sur les violations des Droits humains et la pollution tout en prétendant le contraire. 

Les finalistes pour 2012 sont : la Barclays Bank pour le premier prix. Tepco qui a sciemment négligé la sécurité de ses centrales nucléaires, Vale, entreprise du Brésil qui inflige des conditions de travail inhumaines et surexploite la nature et Samsung qui utilise des produits toxiques sans protéger les ouvriers coréens ont reçu les prix du public attribués par 88 000 internautes. 

Chaque année en janvier, une shortlist des entreprises les plus irresponsables de l’année est établie afin de les dénoncer ouvertement, en prévision du World Economic Forum de Davos. Elles sont choisies pour leurs mauvaises conditions de travail, pour leurs atteintes à l’environnement, pour leurs manque de transparence ou parce qu’elles n’assument pas leurs responsabilités sociales d’entreprise.


Si cette année, vous n'avez pu voter, suivez les conseils de Karim en visionnant la vidéo pour la prochaine édition. Ce sera une bonne manière pour les entreprises de ressentir le poids de la société civile.





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​La vague

Regarder la mer et laisser l'esprit voyager. Surtout ne plus se laisser submerger par la peur. La peur de la « seconde vague » que croient voir arriver au loin, dans la brume, un de ces jours, l'épidémiologiste, le sous-préfet, le journaliste, la cousine dont la nièce travaille à l'hôpital. Regarder la mer. Regarder dans le flot d'abstentions de dimanche la vague verte portée par un courant socialiste que l'on croyait disparu. Regarder la mer et le temps d'un été laisser l'espoir voyager... 

​Michel Rouger

01/07/2020

Nono












Partenaires