Lu, vu, entendu... Migrants

Migrants : le Journal des Jungles N° 5 est paru


08/11/2015



Migrants : le Journal des Jungles N° 5 est paru
Le Journal des jungles en est à son cinquième numéro. Il est édité par la Plate-forme de Service aux Migrants qui regroupe des associations et collectifs intervenants auprès des exilés du Nord/Pas-de-Calais, Cherbourg et Paris.

" Ce journal veut être celui des jungles, des squats, du monde des exilés et de ceux qui travaillent à leurs côtés "  écrivent les réalisateurs. Co-écrit par ceux et celles qui vivent la situation, français natifs, d'adoption ou étrangers de passage ou en voie d'installation, il " veut être ouvert aux regards, à la voix de tous, forcément et heureusement discordante parfois, aux impressions, aux difficultés, aux satisfactions, il y en a. Il ne veut pas être résigné, il veut à la fois donner un support à la colère, à l’indignation, mais aussi permettre la transmission de  victoires, qu’elles soient dans la modification des lois ou de leur application, dans la réalisation de minuscules améliorations de la vie quotidienne, dans le récit d’expériences personnelles."

Réalisé en partenariat avec l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, le Journal des Jungles  numéro 5 a été réalisé au cours d’une résidence qui s’est tenue à Cherbourg en mai 2015.  Réunis ensemble pendant 3 jours, des demandeurs d’asile accompagnés par l’Association Itinérance Cherbourg, des bénévoles de cette association et d’autres jungles du Nord Pas-de-Calais, des étudiantes de l’ENSAD-Lab  et deux graphistes du Collectif Osez-nous  ont modelé, fabriqué et écrit ce journal intitulé « The asylum seeker ». Ils ont cherché à apporté à la thématique de la demande d’asile l’éclairage de demandeurs d’asile et de bénévoles qui sont confrontés au quotidien aux difficultés de ces procédures. 

Pour accéder aux autres numéros, cliquer ici






Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​So frenglish, n'est-il pas ?

My God ! Pas de Digital Tech Conference, pour moi, ce 30 novembre à Rennes. J'ai zappé Book your pass ! Le Pass XL pour le cocktail VIP, bof. C'est surtout que je loupe les battles d'une trentaine de speakers sur les sujets les plus hype du numérique : côté DigitalFood, l'arrivée de la food robolution et plus encore côté DigitalLove cette question stimulante : "Est-ce que les innovations du type sex dolls et sex robots sont réellement le futur du sexe ?"  Avec la coordinatrice du SexTechLab, premier hackaton sextech organisé à Paris l'an dernier. Moi qui me rêvais un peu in, me voilà out, exclu, sans avenir, à la porte du nouveau monde américain, condamné à parler, m'habiller, manger, penser français comme d'autres hier breton, berbère ou wolof. Condamné, pour oublier, à écouter  un disque inusable de Boris Vian. 

Michel Rouger

29/11/2018

Nono