Lu, vu, entendu... Migrants

Les amoureux au ban public


07/02/2012



Lancé par la CIMADE, le mouvement des « Amoureux au ban public » interpelle les pouvoirs publics et les citoyens sur les problèmes que rencontrent les couples franco-étrangers pour accéder à une vie familiale normale. Au nom de la lutte contre les mariages blancs et celle de la maîtrise de l'immigration familiale, le durcissement des politiques s'accentue d'année en année.

Nicolas Ferran, un des initiateurs du mouvement, a réalisé un documentaire qui raconte quel est le parcours du combattant pour se marier en France, faire reconnaître un mariage célébré à l'étranger, obtenir un visa pour la France ou bénéficier d'un titre de séjour. 

Avec beaucoup d'émotion, les treize couples interrogés racontent leur peur de l'arrestation à domicile, le risque d'expulsion, le dévoilement de leur intimité, les interrogatoires. C'est leur lot quotidien mais, pour nous spectateurs, la révélation d'une mise au ban des couples franco-étrangers de notre pays.

Le film a été auto-produit et il n'a pas de distributeur. Vous pouvez  organiser une projection publique dans votre ville ou le commander en prenant contact auprès de Nicolas Ferran.







Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 11 Novembre 2015 - 17:23 Jungle de Calais : soutien à Rob Lawrie

Dimanche 8 Novembre 2015 - 11:59 Migrants : le Journal des Jungles N° 5 est paru

Vendredi 25 Septembre 2015 - 11:21 Réfugiés : le coup de colère du Secours Catholique



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

La Démocratie en marche

Avec 30 % de représentants du peuple en moins, notre vieille démocratie parlementaire va bénéficier d'une saignée revigorante. Une fois l'édit présidentiel entériné par les parlementaires eux-mêmes ou par référendum, ce qui ne devrait pas poser problème, une instance de concertation va être créée comme avec les syndicats de cheminots. Il ne s'agit pas de réfléchir aux nouveaux pouvoirs accordés en échange aux députés : non, ça, c'est le Président qui décide. Il faut les répartir. 577 aujourd'hui – 30% = 404. – 60 élus à la proportionnelle = 344. Quelles populations, principalement, vont perdre des représentants ? On sait que la Creuse gardera son député, logiquement la Seine-Saint-Denis va en perdre quatre... Ensuite : les ciseaux. Comment redécouper  les circonscriptions ? Il sera important d'avoir un maximum de députés En Marche. Des députés moins nombreux et marchant plus facilement au pas :  il ne faut pas que retombe le vent nouveau qui souffle depuis mercredi sur la démocratie en France, version Vᵉ République allégée.

Michel Rouger

05/04/2018

Nono