Lu, vu, entendu... Migrants

07/02/2012

Les amoureux au ban public




Lancé par la CIMADE, le mouvement des « Amoureux au ban public » interpelle les pouvoirs publics et les citoyens sur les problèmes que rencontrent les couples franco-étrangers pour accéder à une vie familiale normale. Au nom de la lutte contre les mariages blancs et celle de la maîtrise de l'immigration familiale, le durcissement des politiques s'accentue d'année en année.

Nicolas Ferran, un des initiateurs du mouvement, a réalisé un documentaire qui raconte quel est le parcours du combattant pour se marier en France, faire reconnaître un mariage célébré à l'étranger, obtenir un visa pour la France ou bénéficier d'un titre de séjour. 

Avec beaucoup d'émotion, les treize couples interrogés racontent leur peur de l'arrestation à domicile, le risque d'expulsion, le dévoilement de leur intimité, les interrogatoires. C'est leur lot quotidien mais, pour nous spectateurs, la révélation d'une mise au ban des couples franco-étrangers de notre pays.

Le film a été auto-produit et il n'a pas de distributeur. Vous pouvez  organiser une projection publique dans votre ville ou le commander en prenant contact auprès de Nicolas Ferran.







Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono