Lu, vu, entendu... Migrants

Le cri des amoureux binationaux


12/08/2014




crédit photo : Billie Bernard
crédit photo : Billie Bernard
"Main dans la main, de la France au Mexique, en passant par Montréal, dans un monde qui érige si facilement des murs, nous ouvrons des portes et des fenêtres", lancent Marcela la Mexicaine et Guillaume le Français sur "Nous sommes ici", un site participatif tout juste lancé par "Les amoureux au ban public". Cette association qui défend les droits des couples franco-étrangers invite donc les amoureux à y épingler leur photo et leur témoignage. Récits d'histoires d'amour semées embûches administratives.

Le collectif, né en 2007 sous l'impulsion de la Cimade, a également produit un documentaire. Pour en organiser une projection publique dans sa ville, contacter amoureuxlefilm@gmail.com
Et un coffret CD+DVD a été réalisé. Artistes et "Amoureux au ban public" s'y associent dans des déclarations en slam.

Visionnez ci-contre le clip de la déclaration des amoureux au ban public.





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Vote bleu

Les voilà enfin, dans trois semaines, ces fameuses élections européennes, ce grand moment démocratique unique au monde où les citoyens de vingt-huit pays peuvent dire quelle direction doit prendre aujourd'hui leur destin commun. Du sérieux !  Sauf que les Britanniques qui ont décidé de quitter l'Union vont sans doute quand même voter. Que partout paradent de futurs députés qui veulent la détruire. Qu'en tous pays, le calcul des places l'emporte sur les projets. Et que mardi dernier la Cour de Justice de l'Union a permis aux multinationales, dans le cadre de l'accord de libre échange avec le Canada (CETA), d'attaquer les Etats qui ne se soumettent pas.  Les juges, qui siègent au Luxembourg, trinquent-ils trop avec les banquiers du paradis fiscal ? En fait,  ils appliquent simplement les lois anti sociales et pro business de l'Union dont le drapeau bleu est celui des bleus à l'âme.  Le 26 mai, il faudra pourtant voter bleu, En regardant bien sur les listes ceux qui veulent changer tout ça. 

Michel Rouger

01/05/2019

Nono