Lu, vu, entendu... Migrants

17/04/2014

Les Roms et la France


Dans un rapport publié en début de semaine, Amnesty International épingle les pays d'Europe, et tout particulièrement la France, à propos de leur comportement envers la communauté Roms.


"La plupart des 20 000 Roms de France vivent dans une extrême pauvreté, dans des

campements offrant peu ou pas d'accès aux services de base, tels que l'eau et

l'assainissement, et sous la menace constante des expulsions forcées", constate Amnesty.

 

Les préjugés négatifs restent profondément ancrés dans la société et les personnalités politiques, de gauche comme de droite, tiennent régulièrement des propos qui renforcent ces préjugés.

Pour Amnesty, les responsables politiques et les représentants du gouvernement français expriment souvent  des points de vue discriminatoires et des préjugés sur les Roms", écrit ainsi l'organisation de défense des droits de l'homme, rappelant les propos tenus en septembre 2013 sur France Inter par le ministre de l'Intérieur, devenu depuis chef du gouvernement français: "Ces populations [les Roms migrants] ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres. […] Cela veut bien dire que les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie".

Lire l'intégralité du rapport en le téléchargeant à cette adresse


 









Le billet de la semaine

​Essentiel


Les commerces "non essentiels" vont rouvrir samedi, c'est l'essentiel. Qui donc d'ailleurs, dont le boulot est sûrement essentiel, a bien pu estimer que vendre un livre est moins essentiel que de vendre un whisky ? La question est d'autant plus grave qu'essentiel renvoie à essence et sans essence on n'avance plus, c'est la panne. L'essence humaine on veut dire, la conscience d'être. En quelque sorte, je vends donc je suis, quand je ne vends plus, je ne suis plus. Ou j'achète donc je suis. Ou... Etc. Toute cette histoire d'urgence sanitaire nous emmène décidément dans des questions vraiment essentielles. Par exemple, peut-on "être" sans être libre ? Non ? Alors il faut descendre dans la rue contre la nouvelle loi qui réduit un peu plus les libertés. Et résister au Black Friday. Comme au virus qui entrave aussi nos libertés, tue même parfois. Que de dilemmes en cette fin 2020 ! Voilà qui ferait une belle discussion, dans une franche amitié, autour d'un demi. Mais le bar reste fermé. Pas essentiel, qu'ils disent.

Michel Rouger
vocal_001_14.mp3 Vocal 001.mp3  (563.39 Ko)


26/11/2020

Nono



Le Webdocumentaire








Partenaires