Lu, vu, entendu... Migrants

05/12/2013

En finir avec les mythes sur la migration




En finir avec les mythes sur la migration
Intéressant cet article d'IRIN : il passe en revue 8 mythes associés à la migration et, s'appuyant sur les travaux de chercheurs et d'universitaires, fournit des éléments qui les remettent en cause.

Avant de lire l'article, testez-vous.

Vrai ou faux ces affirmations ?
La majorité des migrants viennent des pays pauvres du Sud pour aller s’installer dans les pays du Nord, plus riches. 
Les migrations se multiplient.
La lutte contre la pauvreté et contre l’absence de développement dans les pays d’origine des migrants permettrait de réduire la migration vers les pays plus riches.
Des contrôles et des réglementations aux frontières plus stricts freinent les migrations clandestines.
Les migrants pèsent sur les services sociaux et les ressources publiques.
Les individus qui entrent illégalement dans un pays sont des immigrés clandestins.
La plupart des migrants sont « clandestins ».

Comparez maintenant en cliquant ici





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono