Vu, lu, entendu...

22/11/2012

Le chant des indignés




 

Philippe et Catherine Richeux ont écrit les paroles du chant des indignés, sur une musique de Haendel. Cette vidéo présente l'interprétation en concert des ateliers chant Croque Note.
 
Le chant des indignés

Les paroles du chant des indignés

Le chant des indignés (Catherine et Philippe Richeux)

Des voix qui disent
Des voix qui osent
Des voix qui grondent
Plus fort que les bombes,
Des voix sans honte
En chœur affrontent
Le fracas du monde
Entends le chant des peuples indignés
Clameur muette
Ferveur secrète
Cent mille murmures
Plus haut que les murs
L'espoir qui marche
Dans le vacarme
Plus fort que les larmes
C'est un cri une clameur muette
Le calme précède la tempête
Entend, entend monter le murmure
Plus haut que les murs, que les murs
Un espoir plus fort que le mépris
C'est un chant d'espoir pour aujourd'hui
Plus fort que les larmes
Entends le chant des peuples indignés
Cent mille étoiles
Tissent une toile
Cent mille lueurs
Plus fort que la peur
Le chant des hommes
Le chant des femmes
Plus fort que les armes
S'étend sur la toile un chant choral
A l'unisson des hommes et des femmes
Cent mille voix qui chantent en chœur
Plus fort que la peur, que la peur
Un espoir plus fort que le mépris
C'est un chant d'espoir pour aujourd'hui
Plus fort que les armes
Entends le chant des peuples indignés
Des voix qui disent
Des voix qui osent
Des voix qui grondent
Plus fort que les bombes,
Chanter encore
Chanter toujours
Et se lever pour... ...Retrouver la fierté de s'indigner

 





Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Liberté

46 jours. Ça fait 46 jours qu’on est assignés, bouclés dans 3,1416 km², sans pouvoir frôler, toucher, embrasser, festoyer, jogger, bicycletter, surveillés par des policiers à pied, à cheval, à vélo, à moto, en auto, en hélico, épiés par des collabos... Y’a que d’aller bosser qui rend libre, chose au reste discutée depuis l’aube de l’humanité. Au moins, nous voilà à J-11 de la semi-liberté conditionnelle. Sauf que le gouvernement continue de bricoler son StopCovid d’apprenti sorcier. Alors là, geste barrière : Stop au StopCovid. Le confiné sur canapé, qui poste à qui veut sa vie privée sur son smartphone, doit cette fois dire non. Non à tous les virus de l’e-surveillance politique qui mutent vite en virus Xi Jinping que la dictature chinoise veut répandre dans les démocraties : il est déjà à Nice… Ne pas sacrifier la Liberté au besoin de sécurité qui se nourrit de toutes nos peurs est un bon sujet de réflexion et d'action pour les 220 jours de semi-liberté qui nous attendent sans doute d’ici le réveillon. Quand enfin on s’embrassera. Bonne Année ! La santé surtout. Et la Liberté. Peut-être...

Michel Rouger

30/04/2020

Nono












Partenaires