Vu, lu, entendu... Travail

29/01/2015

Le 6ᵉ Festival « Filmer le travail »




Le 6ᵉ Festival «  Filmer le travail »
Du 6 au 15 février, Poitiers va accueillir son 6° Festival International « Filmer le travail ». 19 films ont été sélectionnés cette année qui touchent à tous les genres (documentaire, fiction, animation, ciné-tract), le documentaire restant bien sûr le plus approprié pour décrire la réalité du travail dans le monde d’aujourd’hui.  Les thèmes sont très variés et de nouveaux pays apparaissent dont l’Inde, le Venezuela, l’Ukraine, la Tunisie…

Autant de films pour « saisir le travail quotidien des « petites mains » qui travaillent dans l’ombre, recueillir des paroles et donner à voir ce que l’on ne voit pas ou ce que l’on ne regarde plus », comme disent les organisateurs ;  des films qui disent aussi la dureté des conditions de travail, la difficulté de s’en sortir, le coût humain de la mondialisation et de la course au profit. »




Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono