Vu, lu, entendu... Travail

20/07/2015

Un médecin du travail licencié : pétition




La direction des usines PSA de Metz-Borny et de Trémery, en Moselle, en entrepris le licenciement du Dr Isabelle Kryvenac, médecin du travail salarié. Le Dr Kryvenac paye le fait d'avoir demandé l’application de la loi en matière d’arrêts maladie, de gestion des accidents du travail et des salariés handicapés, d’effectifs des services de santé pour des usines de cette taille. Une pétition a été lancée sur Change.org pour empêcher le licenciement et rappeler à la direction de PSA que, dans le Code du travail, un médecin du travail doit exercer ses fonctions en toute indépendance. Depuis, le 4 septembre, l'inspection du travail a refusé le licenciement. Reste à obtenir de la direction qu'elle ne fasse pas appel.





1.Posté par BROCART le 30/08/2015 23:03
EDF

Avec les fiches des visites annuelles j'ai réussi à apporter la preuve de la responsabilité d'EDF.

10 et 6 mois d'errance professionnelle après la fermeture de l'usine à gaz de Nice + Mutation office + Harcèlement psychologique + Maladie Professionnelle après invalidité pour une soit disant psychose parano.

Me contacter : marcelbrocart@yahoo.fr

Voir:

http://www.humanite.fr/26_09_2010-le-combat-explosif-du-gazier-marcel-brocart-454237



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Heureux

En congé et payé ! songeait-il sous son parasol. 100 % payé à flemmasser, musarder avec ma p'tite femme, jouer avec mes p'tiots, faire une p'tite balade, glandouiller en lichaillant un p'tit jaune ou un p'tit blanc. Mon droit au repos. Mon droit à la paresse : comme un bourgeois ! C'est sûrement une anomalie, une aberration, une provocation pour tous ces puissants qui veulent nous précariser, ubériser, assujettir en auto-entrepreneurs douze mois sur douze. Mais jamais ils ne pourront nous enlever notre grande conquête, celle de nos syndicats et de la gauche qu'ils méprisent du haut de leur prétendue modernité. Jamais ils ne pourront, sourit-il, heureux, à l'oiseau qui le regardait. 

Michel Rouger

04/07/2019

Nono