Vu, lu, entendu... Travail

Un médecin du travail licencié : pétition


20/07/2015



La direction des usines PSA de Metz-Borny et de Trémery, en Moselle, en entrepris le licenciement du Dr Isabelle Kryvenac, médecin du travail salarié. Le Dr Kryvenac paye le fait d'avoir demandé l’application de la loi en matière d’arrêts maladie, de gestion des accidents du travail et des salariés handicapés, d’effectifs des services de santé pour des usines de cette taille. Une pétition a été lancée sur Change.org pour empêcher le licenciement et rappeler à la direction de PSA que, dans le Code du travail, un médecin du travail doit exercer ses fonctions en toute indépendance. Depuis, le 4 septembre, l'inspection du travail a refusé le licenciement. Reste à obtenir de la direction qu'elle ne fasse pas appel.






1.Posté par BROCART le 30/08/2015 23:03
EDF

Avec les fiches des visites annuelles j'ai réussi à apporter la preuve de la responsabilité d'EDF.

10 et 6 mois d'errance professionnelle après la fermeture de l'usine à gaz de Nice + Mutation office + Harcèlement psychologique + Maladie Professionnelle après invalidité pour une soit disant psychose parano.

Me contacter : marcelbrocart@yahoo.fr

Voir:

http://www.humanite.fr/26_09_2010-le-combat-explosif-du-gazier-marcel-brocart-454237


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Octobre 2015 - 06:05 La « grève du chômage » à Pipriac et Mauléon



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Les vieux

Papy Michel (Drucker), 76 ans, publie 286 pages "pour rester jeune" tout en attaquant de nouveau le "jeunisme ambiant". N'y a-t-il pas là une sorte d'antilogie, pourrait chuinter notre académicien chenu Valéry Giscard, 92 ans ? Prétendre rester jeune quand on est vieux, n'est-ce pas du jeunisme ? En fait, Papy s'accroche, vieille histoire. Brassens lui a pourtant dit que le temps ne fait rien à l'affaire : quand on est, on est. Et surtout pas être et avoir été. Au demeurant, on peut être vieux et dans le vent : face à la dictature de l'instant, ne fait-on pas aujourd'hui l'éloge de la lenteur, l'atout majeur des vieux ? Donc, rester gaillard mais lent, engagé mais lent. Marcher le pas lent ralentit le temps. Pourquoi courir, pédaler, sauter, pour  « mourir jeune », le pire ? Non, plutôt être vieux. Mourir très vieux. Au final, même, « les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour... », comme chantait Brel mort trop jeune il y a 40 ans ce mois-ci. Déjà. Comme le temps passe.

Michel Rouger

16/10/2018

Nono